RDC: l’insécurité dissuade les touristes de visiter les parcs nationaux

Une vue du parc national des Virungas située dans la province du Nord-Kivu dans l’est de la RDC.

Les parcs nationaux congolais n’attirent plus de nombreux touristes depuis plus de quinze ans. Un responsable de l’Institut congolais pour la conservation de la nature (ICCN) qui s’est confié à Radio Okapi a attribué cette situation à la présence d’hommes armés dans plusieurs aires protégées. Ces combattants sont notamment accusés de braconnage et d’exploitation illégale des richesses dont regorgent certains parcs. Le pays compte neuf parcs nationaux.

Les activités armées des milices ont des conséquences sur la biodiversité de ces aires protégées qui perdent notamment des espèces de rhinocéros blancs, de girafes et d’éléphants. Ce qui diminuerait l’attractivité des parcs, dissuadant ainsi les touristes et faisant perdre à l’Etat des recettes importantes.

«Chaque parc avait sa spécificité. On pouvait contempler différentes espèces protégées à travers les différents sites touristiques», a indiqué, pour sa part, un expert de l’Office national du tourisme (ONT).

Il a indiqué que les touristes fréquentaient le parc de la Garamba (Province Orientale) pour voir les rhinocéros blancs, les girafes et les éléphants tandis qu’au parc de Kahuzi-Biega (Sud-Kivu), ils pouvaient contempler les gorilles, les éléphants de forêt et les chimpanzés à face claire.

Au parc national de Kundelungu (Katanga), les guépards et les zèbres ainsi que la chute de la Lofo attiraient les touristes qui visitaient également le parc de l’Upemba dans la même province pour voir les éléphants et les zèbres.
La pratique du braconnage a diminué le nombre de paons congolais, d’éléphant de forêt et d’Okapis au parc de Maïko qui s’étend du Maniema jusqu’en Province Orientale.

Le parc de la Salonga, qui s’étend sur 4 provinces (Équateur, Bandundu et les deux Kasaï), s’est également vidé de ses espèces rares dont les Bonobo.

La plupart de ces parcs connaissent des problèmes d’insécurité. Il y a plus d’une semaine, le conservateur du parc des Virunga (Nord-Kivu), Emmanuel De Merode, a été la cible d’une attaque armée dans la localité de Rwaza, à 30 km au Nord de Goma.

Lire aussi sur radiookapi.net:

Recevez Radio Okapi par email

Donnez votre adresse email dans ce formulaire afin de recevoir tous nos articles dans votre boîte email. Vous recevrez un message de confirmation avec un lien sur lequel il vous faudra cliquer afin que l'envoi d'emails devienne effectif.
Si vous ne voyez pas l'email de confirmation dans votre boîte de réception, allez chercher dans vos spams et marquez le message comme "non spam".  

Votre adresse email :

Service offert par FeedBurner