Examen d’Etat : 43% des filles ont participé à la session 2014 au Bas-Congo

Des élèves candidats à l’Examen d’État édition 2014 après l’épreuve du premier jour le 23/06/2014 à Kinshasa. Radio Okapi/Ph. John Bompengo

Quatorze mille candidats sur les trente-deux mille qui prennent part à l’Examen d’Etat sont des filles, a affirmé le directeur provincial de l’Enseignement primaire, secondaire et professionnel (EPSP) du Bas-Congo, Lambert Mbadu. Dans une interview accordée à la presse mercredi 25 juin, il a indiqué que ce chiffre représente un taux de participation des filles de 43%, contrairement à l’année 2013 où le taux était de 15%.

Il se dégage donc une hausse de 25% de taux de participation des filles à cette épreuve, a souligné Lambert Mbadu.

Le succès est dû à la campagne de sensibilisation pour inciter les filles à aller à l’école, a-t-il expliqué.

« Pour le moment, nous pouvons dire sans nous contredire que l’éducation des filles dans le Bas-Congo prend de l’envol. Il y a cinq ans le taux de participation des filles était faible, mais actuellement la moyenne provinciale est de 40 filles sur 50 garçons », a déclaré Lambert Mbadu.

Il a souligné que son idéal est de dépasser ce seuil et aller au-delà.

« Nous allons maintenant nous rendre dans des milieux ruraux pour booster cette parité qui n’existe pas encore », a promis le directeur provincial de l’EPSP du Bas-Congo.

Sanctions contre des débordements

La session 2014 de l’Examen d’Etat a débuté lundi et prend fin jeudi 26 juin sur toute l’étendue de la République démocratique du Congo (RDC).

Les finalistes ont l’habitude, à la fin de la session, de se méconduire en déchirant leurs uniformes, ils envahissent les bistrots et passent la nuit dans des boites de nuit et se livrent parfois à la débauche.

A Matadi, le maire de la ville, Jean Marc Nzeyidio, s’oppose à tout dérapage à la clôture de l’examen d’Etat.

« Nous demandons aux élèves d’observer un comportement responsable. Après les examens, il faut attendre les résultats dans la méditation », a-t-il affirmé.

En cas de dérapage, le commandant ville de la police nationale congolaise a été instruit pour sanctionner les auteurs, prévient Jean Marc Nzeyidio.

« Si dérapages il y a, le commandant de la ville a reçu des instructions claires à ce sujet. De patrouilles mixtes sont aussi en train d’être mises en place. Tout ce qui s’exposeront à la rigueur de la loi seront sanctionnés », a-t-il souligné.

Lire aussi sur radiookapi.net:

 

Recevez Radio Okapi par email

Donnez votre adresse email dans ce formulaire afin de recevoir tous nos articles dans votre boîte email. Vous recevrez un message de confirmation avec un lien sur lequel il vous faudra cliquer afin que l'envoi d'emails devienne effectif.
Si vous ne voyez pas l'email de confirmation dans votre boîte de réception, allez chercher dans vos spams et marquez le message comme "non spam".  

Votre adresse email :

Service offert par FeedBurner