54 ans d’indépendance de la RDC : appel au travail à Mbandaka, à la vigilance à Goma

Deux militaires de Fardc avec des armes lourdes, lors du défilé du 30 juin 2010 à Kinshasa. Radio Okapi/ Ph. John Bompengo

En marge de la célébration des 54 ans d’indépendance de la RDC, seules l’armée et la police ont défilés à Kinshasa, la capitale. Selon Kimbembe Mazunga, conseillers du chef de l’Etat Joseph Kabila, ce dernier a tenu à honorer les hommes en uniforme pour leur victoire contre les forces négatives. A Mbandaka, le vice gouverneur de l’Equateur a appelé ses concitoyens au travail en vue du développement. Quant au gouverneur du Nord-Kivu, Julien Paluku, il a harangué ses compatriotes, à Goma, à la vigilance face aux nouvelles menaces contre la paix dans cette région du pays.

Sur le boulevard Triomphal, à Kinshasa, les Forces armées de la RDC (FARDC) et la Police nationale congolaise (PNC) ont procédé à une démonstration de force devant les différentes autorités venues participer à ce défilé.

Pendant deux heures, des militaires et des policiers ont paradé dans leurs uniformes neufs, avec d’impressionnants engins de guerre. Les participants ont aussi assisté à une démonstration d’avions de transport de ces troupes.

Défilé militaire des forces armées de la République Démocratique du Congo le 30/06/2014 sur le boulevard Triomphal devant le Palais du peuple à Kinshasa, lors de la célébration de 54em anniversaire du Congo. Radio Okapi/Ph. John Bompengo

Pour Kimbembe Mazunga, le président Joseph Kabila a tenu à honorer les vaillants éléments des FARDC et de la PNC :

«Le chantier numéro zéro, c’est la paix et la sécurité. Et si on n’a pas la paix et la sécurité, aucune action de développement ne peut être entreprise».

Présent à ce défilé, le député de l’opposition, Omer Egbake, s’est aussi dit impressionné par la démonstration des forces armées congolaises.

«Ça sous entend qu’il y a une petite volonté politique qui se dessine de réarmer notre défense nationale», a-t-il estimé.

Il appelle néanmoins le gouvernement à songer à améliorer les conditions sociales de ces hommes d’arme.

En attendant, une soirée dansante a été offerte à ces derniers à la cité de Maluku, dans la soirée.

«Le Nord-Kivu continue à être l’objet de convoitise»

A Goma, le défilé de l’indépendance a été précédé par un appel du gouverneur du Nord-Kivu à la vigilance.

Julien Paluku a rappelé que, depuis 2007, le Nord-Kivu a traversé plusieurs événements malheureux qui, selon lui, ont non seulement endeuillé cette province mais aussi humilié ses habitants.

Julien Paluku le 8/3/2012 à Goma. Radio Okapi/ Ph. John Bompengo

Le gouverneur a notamment évoqué la rébellion du CNDP de Laurent Nkunda en 2007 puis celle du M23 en 2013. Après plus de deux décennies de violences armées, finalement maitrisées grâce aux efforts du gouvernement et de la communauté internationale, la population du Nord-Kivu ne doit pas baisser la garde, a affirmé Julien Paluku.

«La RDC et le Nord-Kivu continuent à être l’objet de convoitise, pour recommencer la guerre, à partir de Walikale, en passant par un fils du terroir, aujourd’hui au service du mal. Il en est de même des territoires de Nyiragongo et de Masisi qui continuent, si on n’y prend pas garde, à servir de zones d’infiltration à forte échelle», a-t-il prévenu.

Il faisait notamment allusion au chef milicien Sheka et ses hommes actifs à Walikale, ainsi qu’aux accrochages qui ont eu lieu sur la colline de Kanyesheja, les 11 et 12 juin derniers entre les FARDC et l’armée rwandaise.

Pour Julien Paluku, l’année 2013 a été considérée comme la période charnière entre deux grandes époques ; celle de la domination et de l’humiliation puis celle d’un Nord-Kivu finalement libre.

Le gouverneur a aussi invité la population du Nord-Kivu à l’unité et à la tolérance mutuelle pour bâtir une paix vraiment durable et assurer la reconstruction de la province.

Equateur : relever le défi du sous-développement

Dans son adresse à la population de Mbandaka, le gouverneur intérimaire de l’Equateur a appelé à la réconciliation et au travail la nombreuse population venue participer au défilé du 30 juin, devant l’Hôtel de ville.

Une vue du centre ville de Mbandaka dans la province de l’Equateur (RDC) .

Pour Sébastien Impeto, c’est à cette condition que la province pourra relever le défi du sous-développement. Le gouverneur intérimaire a aussi insisté sur la réconciliation et la cohésion de la population de l’Equateur.

«En 1960, la réussite de la table ronde politique de Bruxelles n’a été possible que grâce au front commun des Congolais. Aujourd’hui, jeunes et vieux, hommes et femmes, unissons tous pour le progrès et la réussite de la province devenue depuis un certain temps la risée d’autres provinces», a-t-il affirmé.

Sébastien Impeto a encouragé les participants à réinstaller la confiance mutuelle et retrouver la fraternité légendaire aux Equatoriens :

«Cette confiance mutuelle et cette fraternité légendaire devront faire de l’Equateur une grande province où règne désormais la cohésion de cœur et d’esprit, et la concorde provinciale et la garantie la plus sûre du décollage effectif de la province».

Le gouverneur Impeto a enfin rendu hommage au chef de l’Etat, Joseph Kabila, et à la communauté internationale pour la paix actuelle à l’Est de la RDC, ainsi qu’à ses prédécesseurs et pères de l’indépendance, dont Justin-Marie Bomboko en hommage duquel il a demandé que soit observée une minute de silence.

Lire aussi sur radiookapi.net :

 

Recevez Radio Okapi par email

Donnez votre adresse email dans ce formulaire afin de recevoir tous nos articles dans votre boîte email. Vous recevrez un message de confirmation avec un lien sur lequel il vous faudra cliquer afin que l'envoi d'emails devienne effectif.
Si vous ne voyez pas l'email de confirmation dans votre boîte de réception, allez chercher dans vos spams et marquez le message comme "non spam".  

Votre adresse email :

Service offert par FeedBurner