Nord-Kivu: retour progressif des déplacés à Oïcha

Les populations fuyent leurs villages à cause des combats entre les FARDC et les groupes rebelles à Sake au Nord-Kivu le 30 avril 2012. © MONUSCO/Sylvain Liechti

La société civile d’Oïcha, dans le territoire de Beni, a fait état dimanche 12 octobre d’un retour progressif des habitants de cette cité. Ces derniers avaient fui leurs domiciles, il y a  quelques jours, après l’incursion des rebelles ougandais des ADF dans leur cité. En dépit de ce retour  timide, les activités socio-économiques n’ont pas encore repris.

Les habitants d’Oïcha rentrent par petits groupes de Beni et Erengeti où ils avaient trouvé  refuge. Mais pour l’instant, ils reviennent seuls, laissant derrière eux leurs familles.

L’ouverture du marché hebdomadaire qui se tient chaque week-end à Oïcha, précise la société civile locale, est venue remonter le moral de ces habitants et encourager ceux qui hésitent encore de rentrer dans leurs villages tout autour du chef-lieu du territoire.

Lire aussi: Beni : 90 000 personnes ont fui les exactions des rebelles ADF à Oicha et Erengeti

La société civile indique cependant que la plupart des activités socio-économiques n’ont pas encore repris. Écoles, boutiques et magasins sont toujours fermés après la dernière attaque des rebelles ougandais ayant fait neuf morts et plusieurs blessés. Un service minimum est observé à l’hôpital général de Oïcha car la plupart des membres du personnel de cette institution ont fui vers Beni, souligne la même source.

De son côté, l’administrateur du territoire de Beni, Amisi Kalonda, multiplie ses appels, invitant les habitants à rentrer dans leurs villages. Il assure que les mesures sécuritaires viennent d’être renforcées dans les zones libérées par les forces loyalistes.

Le chef de la Monusco, Martin Kobler, a condamné le meurtre de 9 civils par des présumés rebelles ougandais des ADF dans la cité d’Oïcha. Selon l’administrateur du territoire de Beni, ces personnes ont été tuées par balle et à la machette. Quatre autres ont été grièvement blessées par ces rebelles ADF.

Environ 90 000 personnes avaient fui, depuis environ une semaine, les exactions de ces rebelles à Oïcha et dans la localité d’Erengeti. Selon la société civile de Beni, la plupart d’habitants, avec leurs sacs, avaient trouvé refuge dans les villes de Beni et Butembo.

Lire aussi sur radiookapi.net:

Recevez Radio Okapi par email

Donnez votre adresse email dans ce formulaire afin de recevoir tous nos articles dans votre boîte email. Vous recevrez un message de confirmation avec un lien sur lequel il vous faudra cliquer afin que l'envoi d'emails devienne effectif.
Si vous ne voyez pas l'email de confirmation dans votre boîte de réception, allez chercher dans vos spams et marquez le message comme "non spam".  

Votre adresse email :

Service offert par FeedBurner