Nord-Kivu: un couvre-feu instauré à Beni

La ville de Beni au Nord-Kivu. Radio Okapi/Ph.Martial Papy Mukeba.

Le maire de Beni, Nyonyi Bwanakawa a annoncé, lundi 3 novembre, un couvre-feu dans cette ville, située à 350 km au Nord de Goma (Nord-Kivu). Toutes les activités doivent désormais cesser de fonctionner dans la ville à partir de 18h 30 locale. Cette mesure a été décidée au cours du Conseil urbain de sécurité pour faire face à la résurgence des massacres des civils dans ce territoire. Plus de 100 personnes ont été tuées, en l’espace d’un mois, par les présumés rebelles ougandais des ADF.

«Il y a quelques jours, nous avons déploré l’assassinat de plus ou moins 30 personnes  dans la ville. Et dans un passé récent, la ville avait perdu 10 autres personnes. Alors, face à une situation comme celle-ci, nous avons

décidé un couvre feu sec », a expliqué le maire de la ville de Beni.

Nyonyi Bwanakawa a recommandé la cessation de toute activité à partir de 18 h 30. Les habitants de Beni doivent rester chez eux jusqu’au matin à 6 heures locales.

«Ça permet aux services spécialisés notamment l’armée et à la police, quand ils trouvent quelqu’un dehors, de comprendre qu’ils sont en face d’un ennemi. Cette mesure va durer le temps que ça va prendre», a-t-il poursuivi.
Appel à un Etat d’urgence
Pour sa part, la société civile du Nord-Kivu appelle le chef de l’Etat, Joseph Kabila, à décréter un État d’urgence dans le territoire de Beni, en proie aux massacres des civils.
Le vice-président de cette structure, Omar Kavota, a fait cet appel, lundi 3 novembre, au cours d’un  point de presse à Goma, chef-lieu du Nord-Kivu.
Il a qualifié les massacres perpétrés contre les populations civiles de Beni de “nouvelle guerre qui commence dans la zone”. Omar Kavota a également invité la communauté internationale à soutenir le gouvernement congolais pour faire face à ce climat d’insécurité.
«Notre structure note qu’au bout d’un mois, soit du 2 octobre au 2 novembre, les massacres successifs des ADF à Linzo-Sisene, 
Maimoya, Maibo, Kisiki, Mukoko, Oïcha, Ngadi, Mavivi, Eringeti, Bango, Kambi Ya Chui puis Boykene viennent
coûter  la vie à environ 120 personnes et occasionner le déplacement massif de plus ou moins 10 000 ménages», a fustigé le vice-président de la société civile du Nord-Kivu.
Cette organisation estime qu’au delà de simples actes de sabotage, ces massacres traduisent un signal fort d’une nouvelle guerre qui s’annonce.
Réagissant aux nouvelles tueries des civils samedi à Beni, le ministre de l’Intérieur, Richard Muyej a révélé dimanche 2 novembre à Goma que des citoyens congolais sont comptés au nombre de suspects interpellés ces derniers jours par les services de sécurité.
Lire aussi sur radiookapi.net:

Recevez Radio Okapi par email

Donnez votre adresse email dans ce formulaire afin de recevoir tous nos articles dans votre boîte email. Vous recevrez un message de confirmation avec un lien sur lequel il vous faudra cliquer afin que l'envoi d'emails devienne effectif.
Si vous ne voyez pas l'email de confirmation dans votre boîte de réception, allez chercher dans vos spams et marquez le message comme "non spam".  

Votre adresse email :

Service offert par FeedBurner