RDC: HRW accuse la police d’avoir tué 51 personnes lors de l’opération «Likofi»

Des éléments de la PNC lors de l’opération « Likofi » (coup de poing) en décembre 2013, visant à traquer les gangsters « Kulunas ». Radio Okapi/Ph. John Bompengo

La Police nationale congolaise (PNC) «a sommairement tué au moins 51 jeunes hommes et garçons et soumis 33 autres à des disparitions forcées au cours d’une campagne anti-criminalité…», accuse Human Rights Watch (HRW) dans un rapport publié mardi 18 novembre. L’ONG exige la «suspension immédiate » du général célestin Kanyama, commissaire provincial de la police ville de Kinshasa, dans l’attente d’une enquête sur l’opération «Likofi» menée contre le gangstérisme urbain à Kinshasa de novembre 2013 à février 2014.

«Opération Likofi: Meurtres et disparitions forcées aux mains de la police de Kinshasa», c’est le titre du rapport de 63 pages dans lequel HRW décrit comment, selon elle, des  policiers en cagoule avaient exécuté sommairement  51 présumés gangsters appelés communément «Kuluna».

Dans ce rapport, l’ONG des droits de l’homme affirme que les policiers avaient ouvert le feu  et tué des jeunes gens non armés devant leurs maisons, dans  les marchés et dans des terrains proches des espaces isolés de la ville.

Selon Human Rights Watch, de nombreux autres jeunes ont été emmenés vers des destinations inconnues; sans que les policiers présentent un mandat d’arrêt.

Anneke Van Woudenberg de Human Rights Watch exige que le responsable de cette opération soit sanctionné:

«Ce n’est pas vraiment une bonne chose d’utiliser des crimes pour combattre d’autres crimes.  On a trouvé que les policiers ont lancé une campagne brutale. Maintenant, le plus important, c’est la suspension immédiate du général Célestin Kanyama.»

Une requête que la RDC n’est pas prête à exécutée, selon Lambert Mende le porte-parole du gouvernement congolais:

«La décision de suspendre un officier, nous ne la partageons pas avec Human Rights Watch. Ils [enquêteurs de HRW] doivent nous donner les éléments, nous enquêtons. Si l’enquête arrive à conclure qu’il y a eu un comportement répréhensible dans le chef de tel ou tel autre membre de notre personnel, il nous appartient, à nous, de le sanctionner

Relire aussi: Opération Likofi : Kinshasa dénonce la « partialité » du rapport des Nations unies

Human Rights Watch confirme que des membres de  famille de 25 victimes ont demandé justice le 13 novembre, dans une lettre adressée au Procureur général de la République.

Lire aussi sur radiookapi.net:

Recevez Radio Okapi par email

Donnez votre adresse email dans ce formulaire afin de recevoir tous nos articles dans votre boîte email. Vous recevrez un message de confirmation avec un lien sur lequel il vous faudra cliquer afin que l'envoi d'emails devienne effectif.
Si vous ne voyez pas l'email de confirmation dans votre boîte de réception, allez chercher dans vos spams et marquez le message comme "non spam".  

Votre adresse email :

Service offert par FeedBurner

Sondage

Mots-clés populaires

RDC (171)
Ebola (63)
FARDC (49)
FCC (30)
Beni (29)
Ceni (29)
Kinshasa (28)
Unpc (27)
UDPS (25)
Corruption (23)
Monusco (22)
Sécurité (21)
Butembo (21)
élection (19)
CSAC (18)
Maï-Maï (18)