Kinshasa: des vents violents font couler 7 embarcations sur le fleuve Congo (officiel)

Une embarcation sur le fleuve Congo (Archives).

Douze embarcations amarrées à certains ports privés de Kinshasa sont allées à la dérive après les vents violents qui ont soufflé dans la ville mardi 9 décembre. Selon Félix Kabange Numbi, ministre de la santé qui fait l’intérim de son collègue des Transports, sept embarcations ont coulé. Les cinq autres ont été récupérées. Le ministre a déclaré ce mercredi 10 décembre qu’aucun mort n’a été enregistré.

« Au stade actuel des investigations, plusieurs vies humaines ont été sauvées. Et aucune perte en vie humaine n’a été déplorée jusque-là. Cinq unités flottantes ont été récupérées tandis que sept autres dont deux pousseurs et cinq barges ont coulé bas », a révélé Félix Kabange Numbi.

Il a fait savoir que les enquêtes se poursuivaient. « Le gouvernement ne manquera pas d’informer l’opinion si des éléments nouveaux sont recueillis », a-t-il assuré.

Le ministre intérimaire des Transports a indiqué que la force navale ainsi que la garde républicaine ont réagi pour sauver des vies humaines.

« Le gouvernement de la République tient à féliciter tous les services de l’Etat pour leur prompte réaction et, de manière particulière, la garde républicaine pour son professionnalisme », a conclu Félix Kabange.

Un vent violent et des dégâts

Un rescapé, membre de l’équipage de l’un des bateaux secoués par le vent, explique que ce vent violent a entraîné les embarcations amarrées au port Selco vers les eaux intérieures du fleuve. Sans plus de précisions, il estime que plusieurs dégâts sont enregistrés.

« C’est ce coup de vent violent qui a causé tous ces dégâts. Nous aussi, nous essayions de sauver notre unité, mais ça n’a pas marché. Nos deux barges avec [des sacs de] ciment sont parties. A part nous, il y a eu aussi beaucoup d’unités. Mais comme il faisait noir, il était difficile de les identifier et les compter », raconte le rescapé.

A Kinsuka/CPA, un pêcheur qui a vu les embarcations à la dérive témoigne :

« Vers 21 heures, nous avons vu des choses en train de couler. J’ai dit à mes petits qui étaient avec moi que ça peut être des barges. Les gens à bord criaient au secours. Mais nous étions incapables d’agir vu la dangerosité de l’eau avec ses vagues. C’était beaucoup de gens avec des marchandises. »

Lire aussi sur radiookapi.net:

Recevez Radio Okapi par email

Donnez votre adresse email dans ce formulaire afin de recevoir tous nos articles dans votre boîte email. Vous recevrez un message de confirmation avec un lien sur lequel il vous faudra cliquer afin que l'envoi d'emails devienne effectif.
Si vous ne voyez pas l'email de confirmation dans votre boîte de réception, allez chercher dans vos spams et marquez le message comme "non spam".  

Votre adresse email :

Service offert par FeedBurner

Sondage

Mots-clés populaires

Ebola (97)
RDC (89)
Ceni (85)
Elections (77)
élection (53)
FARDC (43)
Beni (41)
Monusco (40)
ADF (26)
Caf (25)
Opposition (24)
Vclub (24)
MLC (23)
Léopards (21)