Nord-Kivu : le gouverneur se rend sur les lieux du massacre de civils à Beni

De g. à dr. : Elysée Munembwe, Questeur de l’Assemblée nationale, Julien Paluku Gouverneur du Nord Kivu, Richard Muyej, ministre de l’intérieur et Awa Shango, inspecteur provincial de la police au Nord-Kivu à leur arrivée à Beni, le 20/10/2014 où les présumés ADF ont tué plus de 80 personnes en quelques semaines.

Le gouverneur du Nord-Kivu, Julien Paluku, s’est rendu jeudi 5 février sur les lieux du massacre d’une vingtaine de personnes à Beni. Il a encouragé la population à poursuivre sa collaboration avec l’armée, la police et la Monusco pour mettre définitivement fin à l’insécurité dans cette zone. A Beni-ville, le gouverneur a lancé des consultations avec les responsables des forces de l’ordre et de plusieurs groupes sociaux pour définir les nouvelles stratégies pouvant empêcher de nouveaux massacres.

A son arrivée, Julien Paluku s’est réjoui de constater que, malgré tout, la population continue de se fier en l’armée, la police et les forces de la Monusco.

«A l’époque où nous arrivions ici, il y avait une crise de confiance. Mais avec les opérations militaires qui étaient menées, en tout cas, j’ai senti que la population croit en son armée et aux forces des Nations Unies», a-t-il affirmé.

Julien Paluku a cependant estimé que les autorités doivent désormais anticiper ce genre d’évènements.

«Nous devons maintenant régler plus ou moins nos stratégies pour dire pourquoi nous devons être tout le temps surpris par des éléments. J’ai réuni les services au niveau militaire, au niveau civil, au niveau des autorités. Eh bien, les gens sont à pied d’œuvre», a-t-il assuré.

Le numéro un provincial a en outre encouragé la poursuite de la collaboration entre l’armée, les forces de la Monusco, la population et les autorités.

«Au moindre signal d’un élément nouveau dans une localité, dans une agglomération, l’information sera portée au niveau des autorités civiles, militaires ou policières, pour qu’ensemble nous puissions unir nos efforts», a-t-il expliqué.

Pour le gouverneur Paluku, l’objectif commun est de mettre définitivement fin au «terrorisme dans la ville et le territoire de Beni».

Plus de 20 personnes ont été tuées dans la nuit de mardi 3 à mercredi 4 février par des homes armés à Mayangose-Kibidiwe, dans le territoire de Beni, en plein parc national des Virunga, à plus ou moins 15 km de Beni-Ville.

Cette tuerie est intervenue deux semaines après la levée le 23 janvier dernier d’un couvre-feu instauré sur l’ensemble du territoire fin novembre 2014 par les autorités de la province, pour faire face à l’insécurité à Beni.

Lire aussi sur radiookapi.net :

Bunia: 6 corps décapités retrouvés à Bwanasura

RDC : le chef d’Etat-major général de l’armée visite les troupes à Beni

Recevez Radio Okapi par email

Donnez votre adresse email dans ce formulaire afin de recevoir tous nos articles dans votre boîte email. Vous recevrez un message de confirmation avec un lien sur lequel il vous faudra cliquer afin que l'envoi d'emails devienne effectif.
Si vous ne voyez pas l'email de confirmation dans votre boîte de réception, allez chercher dans vos spams et marquez le message comme "non spam".  

Votre adresse email :

Service offert par FeedBurner