RDC: Christopher Ngoyi présenté au ministre de l'Intérieur

Christopher Ngoyi, activiste de droits de l’homme le 10/02/2015 au ministère de l’Intérieur à Kinshasa lors de sa présentation à la presse par la police judiciaire. Radio Okapi/Ph. John Bompengo

Le militant des droits de l’homme Christopher Ngoyi, arrêté le 21 janvier pendant les manifestations contre la loi électorale à Kinshasa, a été présenté mardi 10 février au ministre de l’Intérieur et de la Sécurité, Evariste Boshab. La police judicaire qui l’a présenté l’accuse d’être auteur ou co-auteur des troubles enregistrés pendant les manifestations contre la loi électorale. Elle a annoncé le transfert de Christopher Ngoyi au Parquet général.

Il est poursuivi pour dix chefs d’accusation:

  • Incendie volontaire
  • Destruction méchante
  • Propagation de faux bruits
  • Propagande subversive
  • Incitation à la désobéissance civile
  • Incitation à la violence
  • Incitation à la haine raciale
  • Incitation des militaires à commettre des actes contraires au devoir ou à la discipline
  • Association de malfaiteurs
  • Attentat et complot tendant à porter le massacre, la dévastation ou le pillage
  • Atteinte à la sûreté intérieure de l’Etat

Les manifestations organisées par l’opposition contre la loi électorale avaient dégénéré en émeutes en janvier dernier. Elles ont fait 27 morts, selon le gouvernement. Mais certaines organisations des droits de l’homme font état d’un bilan plus élevé. La Fédération internationale des droits de l’homme (FIDH) parle de 42 morts.

A (re)Lire: Loi électorale: controverse sur le bilan des manifestations en RDC

Après ces manifestations, des organisations des droits de l’homme avaient dénoncé « l’enlèvement » de Christopher Ngoyi par des militaires alors que le défenseur des droits de l’homme partageait un verre avec ses amis dans une terrasse.

A (re)Lire: Lambert Mende : « La famille de Christopher Ngoyi sait où il est »

Présents lors la présentation de leur collègue au ministre de l’Intérieur, les activistes des droits de l’homme-qui avaient été reçus par le ministre de l’Intérieur peu avant- se disent contents d’avoir vu Christopher Ngoyi en bonne santé. Ils disent attendre que leur collègue présente ses moyens de défense devant le juge.

« Ce que la police ou l’enquêteur présente comme faits, il n’en a pas d’abord la compétence. Il faudrait qu’à Christopher soit donné la possibilité de présenter ses moyens de défense. Vous l’avez vu en train de rigoler de tout ce qui est en train d’être raconté. Et nous connaissons comment dans un Etat policier les choses se passent. Ce sont les mêmes modes opératoires », a indiqué Sylvain Lumu, secrétaire exécutif de la Ligue des électeurs.

Pour sa part, Evariste Boshab a affirmé qu’il appartiendrait à la justice de départager « en toute indépendance » l’enquêteur et le militant de droits de l’homme.

« Vous avez suivi l’exposé qui venait d’être fait par l’enquêteur. Plusieurs préventions ont été mises à la charge de l’intéressé. Mais il appartiendra à son juge naturel de pouvoir départager l’enquêteur et la version que le concerné lui-même aura donnée », a-t-il déclaré.

Lire aussi sur radiookapi.net:

Recevez Radio Okapi par email

Donnez votre adresse email dans ce formulaire afin de recevoir tous nos articles dans votre boîte email. Vous recevrez un message de confirmation avec un lien sur lequel il vous faudra cliquer afin que l'envoi d'emails devienne effectif.
Si vous ne voyez pas l'email de confirmation dans votre boîte de réception, allez chercher dans vos spams et marquez le message comme "non spam".  

Votre adresse email :

Service offert par FeedBurner