Affaire fosse commune : la procédure d’inhumation a été respectée, affirme Boshab

Des tombes au cimetière de Kintambo le 4/06/2012 dans la commune de Ngaliema à Kinshasa. Radio Okapi/ Ph. John Bompengo

Le vice-Premier ministre en charge de l’Intérieur, Evariste Boshab a affirmé que la procédure d’inhumation qui s’est déroulée nuitamment à Maluku a été respectée dans l’affaire fosse commune. Il répondait mardi 14 avril à une question au Sénat que lui a adressée le sénateur Sébastien Adambu.

L’enterrement collectif s’était déroulée aux petites heures du matin et que cette inhumation n’est pas la première du genre, a répondu Evariste Boshab.

Comme lors de son passage la veille à l’Assemblée nationale hier, le vice-Premier ministre chargé de l’Intérieur a reconnu qu’effectivement 421 corps ont été inhumés au cimetière Fula Fula le 19 Mars dernier à Maluku, à 80 kilomètres de Kinshasa.

Pour Evariste Boshab, il ne s’agit pas d’une fosse commune mais plutôt d’une tombe commune. Car, a-t-il dit, la procédure a été respectée. Il a indiqué que la fosse commune fait allusion au massacre.

De son cote, l’auteur de la question a reconnu que les causes de cette situation sont multiples :

« Les avortements clandestins sont multiples, ça c’est vrai. Et dans ce cadre là, il n’y a pas moyen de conjurer les faits, compte tenu de ce que notre société n’est pas stabilisée. De l’autre, il y a des personnes non identifiées par manque de pièce d’identité », a affirmé Sébastien Adambu.

Il s’interroge néanmoins si toutes les précautions ont été prises pour la sauvegarde des droits de la personne humaine.

« Un mort, ce n’est pas un chien, c’est un homme et il a ses droits. Est-ce que tous ses droits ont été préservés ? La réponse nous l’aurons peut-être à la suite d’une question orale avec débat qu’un sénateur pourrait introduire », a ajouté Sébastien Adambu.

Apres la réponse du ministre qui n’appelait pas à un débat, le président du Sénat a demandé aux sénateurs ayant des questions en suspens, de recourir soit à une question orale avec débat soit à une interpellation. Ces deux voies leur permettront d’être édifiés davantage sur ce dossier.

Lire aussi sur radiookapi.net:

Recevez Radio Okapi par email

Donnez votre adresse email dans ce formulaire afin de recevoir tous nos articles dans votre boîte email. Vous recevrez un message de confirmation avec un lien sur lequel il vous faudra cliquer afin que l'envoi d'emails devienne effectif.
Si vous ne voyez pas l'email de confirmation dans votre boîte de réception, allez chercher dans vos spams et marquez le message comme "non spam".  

Votre adresse email :

Service offert par FeedBurner