Le sénat accuse Perenco de polluer l’eau, l’air et le sol de Moanda au Bas-Congo

Des sénateurs de la RDC le 15/12/2012 au palais du peuple à Kinshasa, lors du discours du prédisent Joseph Kabila sur l’état de la nation devant les deux chambres du Parlement réunies en congrès. Radio Okapi/ Ph. John Bompengo

Dans un rapport publié vendredi 8 novembre dernier,  le Sénat accuse la société pétrolière Perenco de polluer l’air, l’eau et la terre dans la cité de Muanda.

Cette chambre haute du parlement  déplore « l’irresponsabilité » du gouvernement face à la pollution de cette cité côtière. Elle demande au gouvernement « de prendre ses responsabilités » et d’obliger l’entreprise Perenco à répondre aux recommandations de la commission d’enquête.

Le Sénat recommande aussi  à la société Perenco d’investir dans le respect des normes environnementales et de décontaminer le sol et les eaux de cette cité côtière, en assumant ses responsabilités pour le maintien de l’écosystème à Moanda.

Du coté des pêcheurs angolais et congolais, on emboite le pas au sénat, en dénonçant aussi cette exploitation pétrolière qui pollue les eaux de l’océan atlantique.  Pour le représentant des pécheurs de l’Angola et de la RD-Congo, cette pollution est à la base de la disparition de différentes espèces de poissons. Il  sollicite l’implication des autorités des deux pays et la sensibilisation des responsables des entreprises pétrolières pour mettre fin à cette situation.

En réaction, Le comité de concertation de Moanda, une structure présentée comme le porte-parole de la population de cette cité auprès des entreprises qui exploitent le pétrole sur place, rejette les conclusions du rapport des sénateurs.  Le président de ce comité, Kiki Kiatonda, a affirme que sans cette entreprise pétrolière, Moanda serait un village. Il a indiqué que les sénateurs devraient aborder cette question d’une manière globale et non sectorielle, expliquant que des trafiquants pétroliers ainsi que l’entreprise Socir exploitent également le pétrole à Moanda.

  • Quelle analyse faire de cette situation ?

Invités :

  • Honorable Emmanuel Mbuela, député élu de Muanda au Bas-Congo.
  • Kiki Kiatonda,  président du comité de concertation de Muanda , une structure qui est la porte-parole de la population de Muanda auprès des entreprises pétrolières de cette cité.
  • Victor Nzuzi, coordonnateur de l’Ong Nouvelle Alternative pour le développement (NAD). Il est aussi membre du réseau international appelé « Comité pour l’annulation de la dette du tiers monde » CADTM en sigle.

Fichier audio : téléchargez Flash pour écouter.

Vous pouvez laisser votre commentaire ou poser une question en nous écrivant à [email protected].

Vous pouvez aussi nous appeler au numéro (+243) 818906678 ou  au (+243) 818906011, ou encore nous envoyer un SMS  au (+243) 810515778.

N’oubliez pas de joindre à tous vos messages un numéro de téléphone (+ le préfixe du pays où vous résidez) pour que nous puissions vous rappeler en cas de besoin.

Vous pouvez laisser un commentaire sur la page Facebook de l’émission Dialogue entre congolais-Radio Okapi

 

 

 

 

 

Recevez Radio Okapi par email

Donnez votre adresse email dans ce formulaire afin de recevoir tous nos articles dans votre boîte email. Vous recevrez un message de confirmation avec un lien sur lequel il vous faudra cliquer afin que l'envoi d'emails devienne effectif.
Si vous ne voyez pas l'email de confirmation dans votre boîte de réception, allez chercher dans vos spams et marquez le message comme "non spam".  

Votre adresse email :

Service offert par FeedBurner