Les suspensions des secrétaires généraux sont illicites, selon Emmanuel Bandi, expert en administration publique

Une vue du bâtiment de la fonction publique à Kinshasa, ce 07/12/2011. Radio Okpi / Ph. Bompengo

Le secrétaire général à l’Industrie est suspendu de ses fonctions pour n’avoir pas fait appliquer la mesure ministérielle interdisant l’importation et la commercialisation des emballages en plastique. C’est le quatorzième secrétaire général à être suspendu sur les cinquante trois que compte l’administration publique congolaise.

Emmanuel Bandi, Invité de Radio Okapi de ce mardi 24 septembre qualifie cette situation d’inquiétante et pense que la plupart des suspensions sont illégales.

Expert en administration publique, il explique qu’avant de suspendre un secrétaire général, il faut ouvrir un dossier disciplinaire à son encontre, saisir le ministre de la fonction publique et le cabinet du président de la République.

Emmanuel Bandi fustige les agissements des ministres de tutelle qui se comportent, selon lui, « comme dans une république bananière ». Il est interrogé par Innocent Olenga.

Fichier audio : téléchargez Flash pour écouter.

 

Recevez Radio Okapi par email

Donnez votre adresse email dans ce formulaire afin de recevoir tous nos articles dans votre boîte email. Vous recevrez un message de confirmation avec un lien sur lequel il vous faudra cliquer afin que l'envoi d'emails devienne effectif.
Si vous ne voyez pas l'email de confirmation dans votre boîte de réception, allez chercher dans vos spams et marquez le message comme "non spam".  

Votre adresse email :

Service offert par FeedBurner