Katanga: des éléphants en divagation tuent 2 personnes à Malemba Nkulu

Buffles et éléphant dans le parc des Virunga, Nord-Kivu, 2004.Buffles et éléphant dans le parc des Virunga, Nord-Kivu, 2004.

Buffles et éléphant dans le parc des Virunga, Nord-Kivu, 2004.

Deux personnes ont été tuées et une autre blessée, jeudi 29 et vendredi 30 mars, par des éléphants en divagation dans la territoire de Malemba Nkulu. Selon plusieurs sources locales un éléphant a tué un homme dans la chefferie de Kayumba jeudi 29 mars. Le jour suivant, un écolier a été grièvement blessé  par un  éléphant et un cultivateur a été tué le même jour par un autre éléphant.

Pus de 100 éléphants seraient en divagation dans cette partie du pays, semant ainsi des dégâts énormes à leur passage, indiquent des témoins. Apeurés, les villageois fuient leurs domiciles pour aller trouver refuge ailleurs.

Selon le responsable provincial de l’Institut congolais pour la conservation de la nature (ICCN),  ces animaux en divagation proviendraient du parc national Upemba. Les villageois  ont récemment abattu trois éléphants dans cette contrée, affirme Félix Mbayo de l’ICCN. Les éléphants abattus se déplaçaient en groupe. C’est ce qui expliquerait, selon lui, le fait que les survivants s’attaquent à leur tour aux habitants de ce territoire.

Selon le directeur de l’ICCN, les éléphants en divagation fuient leurs milieux inondés dans le parc d’Upemba et sont à la recherche des terres fermes et du pâturage. La même source affirme aussi que certaines personnes ont construit de maisons sur les couloirs qu’empruntent généralement ces animaux.

Selon le ministre provincial de l’Intérieur du Katanga, des mesures d’encadrements sont entrain d’être prises au niveau du ministère provincial de l’environnement en concertation avec les gestionnaires des parcs nationaux d’Upemba et Kundelungu pour mettre un terme à cette situation.

« Il s’agit de voir comment accompagner ces troupeaux d’éléphants en dehors des zones habitées pour éviter que la population ne soit victime des piétinements de ces animaux », a  indiqué Jean Marie Dikanga Kazadi.

Les éléphants sont une espèce protégée en RDC. La solution durable est de délocaliser les villageois installés sur leur voie de circulation, a-t-il poursuivi.

Pour rappel, le parc national de l’Upemba s’étend sur une superficie de 11 730 km². C’est le seul endroit en RDC où on trouve des zèbres dans leur milieu naturel.

Lire aussi sur radiookapi.net

Recevez Radio Okapi par email

Donnez votre adresse email dans ce formulaire afin de recevoir tous nos articles dans votre boîte email. Vous recevrez un message de confirmation avec un lien sur lequel il vous faudra cliquer afin que l'envoi d'emails devienne effectif.
Si vous ne voyez pas l'email de confirmation dans votre boîte de réception, allez chercher dans vos spams et marquez le message comme "non spam".  

Votre adresse email :

Service offert par FeedBurner