RDC: l'ONU veut créer une force spéciale contre les groupes armés-RFI

Onze pays africains ont signé le 24 février à Addis-Abeba aux côtés du secrétaire général de l’Onu, Ban Ki-moon. Parmi les signataires, la RDC, le Rwanda, l’Ouganda et l’Afrique du Sud. Le texte interdit tout soutien extérieur aux rebelles. Il mentionne aussi les réformes attendues de Kinshasa pour rétablir des institutions dans l’Est. Un accord destiné à ramener la paix dans l’est de la République démocratique du Congo. Enfin, l’accord appelle à une nouvelle stratégie de l’ONU en RDC. L’Organisation veut créer une force spéciale au mandat plus offensif pour lutter que les traditionnels casques bleus contre les rebelles.

Cette force spéciale baptisée Brigade d’intervention n’est pas explicitement mentionnée dans le texte de l’accord, mais elle est bien au cœur de la nouvelle stratégie de l’ONU en RDC. L’ONU agit donc deux temps : un accord diplomatique pour couper les soutiens extérieurs des groupes armés dans l’Est du Congo et un renforcement militaire pour les neutraliser.

Il ne s’agit plus seulement de faire du maintien de la paix comme le font déjà les 17.000 casques bleus présent en RDC et qui sont régulièrement accusés d’être inefficaces, mais de combattre directement les groupes armés, à commencer par les rebelles du M23. Cette brigade aura un mandat très offensif. Au siège de l’ONU, à New York, on parle « d’imposition de la paix ».

Cette force doit être autorisée par le Conseil de sécurité dans les semaines qui viennent. Tous les détails ne seront pas connus. On sait que la Brigade d’intervention se composera d’environ 2 500 hommes. L’Afrique du Sud et la Tanzanie ont promis de fournir des soldats. Ils seront appuyés par des hélicoptères de combat et des drones de surveillance.

Réactions partagées

Le secrétaire général de l’ONU Ban Ki-moon, présent à la cérémonie de signature, a salué cet accord tout en soulignant « qu’il ne s’agissait que du début d’une approche globale qui nécessitera un engagement soutenu » de la part de la communauté internationale. C’est aussi l’opinion de l’Afrique du Sud, qui est signataire de l’accord d’Addis et prête à contribuer à la future brigade d’intervention. Lire la suite sur rfi.fr

Recevez Radio Okapi par email

Donnez votre adresse email dans ce formulaire afin de recevoir tous nos articles dans votre boîte email. Vous recevrez un message de confirmation avec un lien sur lequel il vous faudra cliquer afin que l'envoi d'emails devienne effectif.
Si vous ne voyez pas l'email de confirmation dans votre boîte de réception, allez chercher dans vos spams et marquez le message comme "non spam".  

Votre adresse email :

Service offert par FeedBurner