Apéroésie : le nouveau salon littéraire de Kinshasa

« Apéroésie », contraction d’apéro et de poésie, est un concept nouveau dans les milieux de la culture de Kinshasa. Un salon littéraire inauguré vendredi 21 juillet dernier avec pour ambition de promouvoir les œuvres littéraires et artistiques.

Pour la première édition d’ «Apéroésie », Le Bictari, recueil de poèmes de 156 pages a été présenté à l’assistance. Une œuvre riche, produite et autoéditée en 2015 par Yolande Elebe Ma Ndembo, poétesse et chroniqueuse sur Radio Top Congo.

Le Bictari traite de sujets aussi variés que l’amour, l’immortalité de l’âme, la représentation de la femme dans la société africaine mais aussi des conditions des vies dans un Congo marqué par des violences meurtrières ces dernières décennies.   

Autour de l’auteure se construit une communauté des poètes, mais surtout des poétesses qui se sont prêtées volontiers à la lecture des trois poèmes sur fonds des notes musicales d’une guitare acoustique jouée en live.

L’un des moments émouvants de la soirée est arrivé avec la lecture par l’auteure elle-même du « Bictari », poème éponyme du recueil. Extrait :

Pas de prose, pas de vers

Ne me parlez pas de tout ca

Parlez-vous de l’injustice

Parlez-moi de la peine

Parlez donc de ces politiciens sans vision

Mais pleins d’ambition

 

Parlez-moi de l’ignorance, de l’intolérance

De la haine qui monte un frère contre son frère

L’un supplicie un activiste

Le traitant de « subversif »

L’autre tabasse son compatriote

Le traitant de « collabo »

 

Parlez-moi de l’homme en bleu ou kaki

Celui qui tire aveuglement,

Frappe et gaze tout ce qui bouge

Il appelle cela « le sens du devoir »

Mais il oublie que le soir

Une fois son uniforme enlevé

 

Il n’est pas différent de l’autre

Il est comme l’autre

Celui dont il vient de briser le destin

Par un simple clic sur la gâchette

Ou à la force de ses poings

 

Pourtant,

Il avait comme lui

Les mêmes aspirations

Les mêmes rêves

La même patrie

La même galère…

 

Parlez-moi de ce vaillant soldat

Valeureux combattant, arme à la main

Père de futurs orphelins

Il tombera sous des balles étrangères,

Défendant ce drapeau dont il était fier

« Le Bictari est un mot que j’ai appris auprès de mon défunt père qui fut journaliste et écrivain. Lorsque je lui en demandais l’explication il se contentait de me dire : ‘ma fille tu comprendras quand tu seras grande’. Finalement, le Bictari est la plume avec laquelle j’écris. Au Congo, le mot BIC est est souvent utilise pour désigner le stylo en référence à la marque française. Bictari, c’est simplement mon stylo dont l’encre a tari. Il désigne aussi mon style d’écriture. Tout ce que j’écris vient du plus profond de moi, de mes tripes, au-delà de la technique », explique Yolande Elebe Ma Ndembo.

Le prochain rendez-vous d’Apéroésie est pris pour le mois de septembre.

Recevez Radio Okapi par email

Donnez votre adresse email dans ce formulaire afin de recevoir tous nos articles dans votre boîte email. Vous recevrez un message de confirmation avec un lien sur lequel il vous faudra cliquer afin que l'envoi d'emails devienne effectif.
Si vous ne voyez pas l'email de confirmation dans votre boîte de réception, allez chercher dans vos spams et marquez le message comme "non spam".  

Votre adresse email :

Service offert par FeedBurner

Sondage

Mots-clés populaires

RDC (102)
Ceni (100)
Elections (91)
Ebola (86)
élection (49)
FARDC (42)
Beni (32)
Monusco (29)
MLC (24)
FCC (23)
Caf (21)
Linafoot (20)
Opposition (18)