La Prospérité : « Retombées de la visite de Hervé Ladsous, Kabila-Kagame : nouveau rendez-vous à New York ! »

Hervé Ladsous, secrétaire général adjoint chargé du département du maintien de la paix à l’Onu le 24/01/2012 à Kinshasa. Radio Okapi/ Ph. John Bompengo

 Revue de presse du mercredi 11 septembre 2012

Après Kampala, qui a produit des maigres résultats, c’est maintenant à New York, siège des Nations Unies, que va se jouer la dernière carte sur l’insécurité  dans l’Est de la RDC, note La Prospérité. Les Président congolais et rwandais y sont attendus, pour un mini sommet prévu le 27 septembre 2012. Cette fois-ci, c’est le secrétaire général des Nations Unies, Ban Ki-Moon, qui les attend, précise le journal, se basant sur la déclaration d’Hervé Ladsous, Secrétaire général adjoint des Nations Unies chargé des opérations de maintien de la paix.

Au-delà de ce qu’envisage le Comité de sanctions du Conseil de Sécurité contre le Rwanda, pour son soutien au mouvement rebelle M23 qui déstabilise l’Est de la RDC, Ban Ki-Moon entend faire le point sur la situation générale dans cette partie du pays au cours de ce mini sommet, explique le journal citant Hervé Ladsous.

Destiné à définir les modalités du déploiement d’une force internationale neutre le long de la frontière entre le Rwanda et la RDC, pour lutter contre les groupes armés, le dernier sommet des chefs d’Etat des Grands Lacs à Kampala n’a abouti qu’à des résolutions, indique La prospérité.

L’information est confirmée par Forum des As qui titre : « retombées de la démarche amorcée par les chefs religieux et des acteurs de la société civile : un sommet sur la RDC à New-York ! »

La démarche initiée par les chefs de confessions religieuses de la RDC et des acteurs de la société civile semble avoir porté du fruit. Sinon, le secrétaire général de l’Organisation des Nations Unies en charge du maintien de la paix ne se serait pas signalé à Kinshasa aussitôt après avoir reçu, au nom de Ban-Ki Moon, la pétition des Congolais à New-York, affirme le journal.

Forum des As fait remarquer qu’aussitôt après cette démarche, Hervé Ladsous a été dépêché à Kinshasa où il est arrivé le dimanche 9 septembre pour déblayer le terrain en faveur du sommet prévu le 27 septembre prochain au siège de l’ONU. Voilà qui en dit long sur la réaction de l’ONU face à la pétition déposée par les chefs religieux et les acteurs de la société civile.  Car, très émue par le drame humanitaire en RDC, l’ONU s’implique dans la guerre qui sévit à l’Est en vue d’apporter sa contribution à la résolution de la crise.

La pétition déposée par la délégation congolaise qui venait de séjourner à New-York ne se limitait pas du tout à décrier la guerre ou le drame humanitaire. Mais, cette pétition visait des sanctions contre le Rwanda accusé du reste, par le rapport de l’ONU, de soutenir le M 23 à l’Est de la RDC, indique le quotidien. Ce rapport citait même des officiels rwandais impliqués dans la tentative de déstabilisation de la RDC. Chose curieuse, aucune sanction ne pointerait encore à l’horizon contre Kigali, note le journal.

De plus, Hervé Ladsous a parlé le lundi 10 septembre  de la confiance qu’il faut bâtir dans l’ensemble de la région. Apparemment, les sanctions réclamées par la délégation  congolaise à New-York ne feraient pas encore partie des préoccupations de l’ONU, conclut Forum des as.

Sur le même sujet L’Avenir entrevoit : « une cabale que mijote le Rwanda » et titre : « M23 invité à New York »

Le quotidien affirme que le président rwandais Kagame et le lobby de son pays sont en train de mijoter une cabale pour qu’une délégation du M23 prenne part au sommet de New York du 27 septembre prochain. Une question a été posée dans ce sens au secrétaire général adjoint de l’Onu lors de sa conférence de presse lundi à Kinshasa. Pour toute réponse, Hervé Ladsous a déclaré ne pas en être au courant, note le journal.

Pour L’Avenir, une telle éventualité serait  une insulte au peuple congolais pendant que leurs frères et sœurs meurent tous les jours au Nord-Kivu.

L’Observateur revient sur le sujet de la Force internationale neutre et titre : «  La Société civile du Nord-Kivu accuse la CIRGL d’avaliser le plan de balkanisation »

Selon cette structure, le sommet de Kampala II est un véritable échec, quoique Kinshasa parle de succès. Dans les conclusions de ce sommet, il a été décidé l’envoi, d’ici à trois mois, d’une force neutre dans l’est de la RDC. Une idée critiquée par le collectif des associations de la société civile du Nord-Kivu, dont le membre Etienne Kambale déplore que la force envisagée ne soit pas «combattante». Il se demande à quoi pourra servir une force de 4 000 hommes, alors qu’il existe en RDC, depuis plusieurs années, une autre-la Monusco-forte de quelques 20 000 hommes, reprend le journal.

Concrètement, la société civile du Nord-Kivu souhaiterait une opération Artémis 2, précise le quotidien. À défaut, le collectif plaide pour une modification du mandat de la Monusco (mission de l’Onu pour la stabilisation en RDC), afin que celle-ci « impose la paix ».

L’Observateur rappelle que l’Opération Artémis est une mission militaire menée, du 6 juin au 6 septembre 2003 en Ituri, en Province Orientale, par l’Union européenne au titre de la politique européenne de sécurité et de défense (PESD), sous l’autorité du Conseil de sécurité de l’ONU, selon sa résolution 1484 du 30 mai 2003.

Le Potentiel parle aussi économie ce matin avec ce titre: « RDC-FMI : les « surdoués » de nouveau recalés »

Le journal rapporte que l’avenir du second programme économique du gouvernement (PEG 2) se joue en ce mois de septembre à Washington où le Conseil d’administration du Fmi doit se prononcer sur les 4è et 5è revues de ce programme, conclu en décembre 2009.

A Kinshasa, on retient son souffle. Mais, apparemment, rien n’est encore gagné. Le respect des critères quantitatifs du PEG 2 jusqu’à fin août 2012 n’a que peu d’influence sur la décision du FMI. Maintes fois reportées, les conclusions des 4è et 5èmes revues ne sont pas acquises. Les « surdoués »  de Matata pourraient à nouveau être recalés par le FMI, conclut le journal.

Recevez Radio Okapi par email

Donnez votre adresse email dans ce formulaire afin de recevoir tous nos articles dans votre boîte email. Vous recevrez un message de confirmation avec un lien sur lequel il vous faudra cliquer afin que l'envoi d'emails devienne effectif.
Si vous ne voyez pas l'email de confirmation dans votre boîte de réception, allez chercher dans vos spams et marquez le message comme "non spam".  

Votre adresse email :

Service offert par FeedBurner