Forum des As : « Gouvernement de cohésion nationale : haro sur le chantage »

Matata Ponyo Mapon, premier ministre de la RDC le 07/05/2012 au Palais du peuple à Kinshasa, lors de la présentation du programme de son gouvernement à l’Assemblée nationale. Radio Okapi/ Ph. John Bompengo

Revue de presse kinoise du mardi 11 mars 2014

Le gouvernement de cohésion nationale promis par le chef de l’Etat Joseph Kabila en octobre 2013 intéresse les journaux parus ce matin à Kinshasa. « Haro sur le chantage », titre Forum des As. Le quotidien appelle l’opinion et surtout la classe politique à s’interdire toute agitation et à se concentrer à gérer les besoins quotidiens des populations. Et il y a une raison pour cela, « de par la Constitution, la nomination du Premier ministre relève du pouvoir discrétionnaire du Président de la république. D’autre part, le très énigmatique Raïs n’est pas du genre à se laisser dicter des nominations », avance le journal.

Le quotidien qui appelle les politiciens à la tempérance sur leurs attentes relatives au prochain gouvernement ne s’est pas empêché de publier les résultats du sondage « Les Points » qui classent les ministres de Matata Ponyo. Selon les Kinois interrogés par cet institut de sondage, trois ministres émergent du lot, rapporte Forum des As : Raymond Tshibanda des Affaires étrangères, Richard Muyej de l’Intérieur et Félix Kabange de la Santé.

Dans son éditorial du jour, La Prospérité estime que l’effervescence observée autour de la nomination du Premier ministre relève de la distraction. « Au regard du temps perdu et des enjeux, l’annonce de ce gouvernement n’est plus forcément un évènement porteur d’un espoir du renouveau », pense le quotidien.

Le journal explique que le paysage politique est  craquelé aujourd’hui  en quatre  tendances principales, celle des concertateurs qui veulent accéder aux affaires, celle de l’opposition qui veut un « vrai dialogue », celle de Tshisekedi qui n’a « ni foi, ni adhésion à un quelconque dialogue avec qui que ce soit » et celle des évêques qui demandent l’amendement de la feuille de route des élections proposées par la Ceni.

Et ce sont justement les élections qui devaient retenir l’attention de la classe politique en lieu et place de l’agitation autour d’un gouvernement, estime La Prospérité. « La classe politique dont les visées rivalisent généralement d’ardeur, pour le changement à la tête du pays,  ne ferait-elle pas mieux de s’y pencher, plutôt que de passer du temps à pérorer, pour se rendre compte, plus tard, qu’elle n’était pas prête ? », conclut le journal sur une note interrogatoire.

Recevez Radio Okapi par email

Donnez votre adresse email dans ce formulaire afin de recevoir tous nos articles dans votre boîte email. Vous recevrez un message de confirmation avec un lien sur lequel il vous faudra cliquer afin que l'envoi d'emails devienne effectif.
Si vous ne voyez pas l'email de confirmation dans votre boîte de réception, allez chercher dans vos spams et marquez le message comme "non spam".  

Votre adresse email :

Service offert par FeedBurner