Matadi : le péage, ça traîne

La mise en œuvre du péage sur la nationale n°1 n’est pas pour demain. Les transporteurs protestent contre le coût jugé excessif des tarifs appliqués et s’interrogent sur l’opportunité d’application du péage à quelques mois des élections. Conséquence : les concertations entre les transporteurs et l’autorité provinciale sont suspendues depuis mercredi, indique radiookapi.net

Les opérateurs économiques du secteur des transports et le gouvernorat du Bas-Congo ne sont toujours pas tombés d’accord sur l’application du péage à la nationale n°1. Selon le président des transporteurs, le tarif proposé pour les grands véhicules est de 80 dollars par passage. Ce tarif, reconnaît-il, a connu une baisse par rapport au tarif initial de 120 dollars. Mais les opérateurs économiques proposent une fourchette de 25 à 50 dollars.

Léon Nkusu, vice-gouverneur chargé de l’Economie et des Finances parle, quant à lui, d’avancées significatives dans les discussions sans donner des chiffres. Selon ce dernier, un accord serait imminent. Il ne reste qu’aux opérateurs économiques de faire un effort. Le vice-gouverneur signale aussi qu’un accord de principe a été trouvé pour l’intégration d’un représentant des transporteurs au comité de gestion du Fonds du péage. Sans doute pour assurer plus de transparence dans l’utilisation de ce fonds. A Matadi, notamment dans les milieux des transporteurs, on craint que l’argent issu du péage serve au financement de la campagne électorale.

Recevez Radio Okapi par email

Donnez votre adresse email dans ce formulaire afin de recevoir tous nos articles dans votre boîte email. Vous recevrez un message de confirmation avec un lien sur lequel il vous faudra cliquer afin que l'envoi d'emails devienne effectif.
Si vous ne voyez pas l'email de confirmation dans votre boîte de réception, allez chercher dans vos spams et marquez le message comme "non spam".  

Votre adresse email :

Service offert par FeedBurner