Kinshasa : femmes et enfants, rendez-vous à Balabala Ciné

Louis Vogt Voka, réalisateur et responsable de l’asbl Balabala ciné

Louis Vogt Voka, réalisateur et responsable de l’asbl Balabala ciné

Kinshasa accueille du 08 au 27 octobre 2009, la 2ème édition du Festival Balabala ciné. Comme son nom l’indique, Balabala (traduisez en français la rue), ce festival se déroule dans les rues, les organisateurs vont transformer les rues de Kinshasa à des véritables salles de cinéma mobile en public et de manière itinérante d’un quartier à un autre, d’une cité à une autre et d’une commune à une autre, rapporte radiookapi.net

Selon, Louis Vogt Voka, réalisateur et responsable de l’asbl Balabala ciné, de surcroît initiateur du festival Balabala Ciné, cette manifestation cinématographique s’attelle à combler le vide crée par l’inexistence des salles de cinéma dans les quartiers de Kinshasa, afin de permettre au public de se retrouver pendant une heure autour des films documentaires congolais, africains et d’ailleurs.

Un tremplin pour des jeunes réalisateurs congolais

Balabala Ciné se veut un cadre de diffusion itinérante des films des jeunes réalisateurs congolais et africains. Cette année, le public pourra découvrir quelques réalisations des jeunes artistes congolais notamment : « Le Rallye d’Helène » de Chouna Mangondo, « Petite Maria » de Louis Vogt, « des fils de vie et de la mort » de Clarisse Muvuba, « Kinshasa, ville de mon enfance » d’Adamo Kiangebeni, « Maraîchères de nuit » de Michée Sunzu et « Papa Bouna » d’Arsène Kamango. Des cinéastes africains et européens sont également conviés à cette grand messe du 7e art, les organisateurs attendent plusieurs films venant de l’étranger : « La femme invisible » de Pascal Obolo du Cameroun, « Mères chefs » de Claudia Aidara Yoka du Congo Brazzaville, « Derrière le silence » de Marianne Sylla du Sénégal, « La femme porte l’Afrique » d’Idrissa Diabaté de la Cote d’Ivoire, « Kinshasa – Beijing Story « de Laurent Vedrine de la France. En marge des projections, des ateliers et convivialités sont également inscrits au menu. Le réalisateur français Laurent Vedrine va animer un atelier sur les fondamentaux du film documentaire à l’intention des jeunes réalisateurs congolais. Pour sa part, le réalisateur ivoirien, Idrissa Diabaté prévoit un stage d’initiation au cinéma pour les jeunes et adolescents.

Les femmes et les enfants d’abord

Le festival Balabala Ciné 2009 met en lumière les femmes qui font des films documentaires, c’est-à-dire des réalisatrices africaines. Et faire découvrir par la même occasion au public des films documentaires sur les femmes, dont le film « la femme porte l’Afrique » d’Idrissa Diabaté. Balabala ciné envisage dans ce même ordre d’idées d’éveiller les enfants au cinéma en projetant lors de la cérémonie de clôture un film documentaire réalisé par eux à l’issue de l’atelier d’initiation au cinéma documentaire, animé par l’Ivoirien Idrissa Diabaté.
De l’avis des organisateurs, Balabala ciné 2009, c’est aussi une rencontre des jeunes réalisateurs congolais émergents et d’autres pays francophones qui mettent en compétition leurs œuvres cinématographiques dans le seul but de faire exister leurs films ainsi bénéficier d’une promotion auprès du public congolais en général et kinois en particulier. Enfin ce festival tient à être un cadre de partage d’expériences pour une solidarité agissante. C’est ce qu’on va vérifier sur le terrain à partir de ce jeudi 08 octobre 2009.

Recevez Radio Okapi par email

Donnez votre adresse email dans ce formulaire afin de recevoir tous nos articles dans votre boîte email. Vous recevrez un message de confirmation avec un lien sur lequel il vous faudra cliquer afin que l'envoi d'emails devienne effectif.
Si vous ne voyez pas l'email de confirmation dans votre boîte de réception, allez chercher dans vos spams et marquez le message comme "non spam".  

Votre adresse email :

Service offert par FeedBurner