Forum des As: «Guerre larvée de succession : MP, UDPS et PALU dans la tourmente»

A gauche, Joseph Kabila, candidat de la Majorité Présidentielle et Etienne Tshisekedi, président de l'UDPS

Revue de presse kinoise de jeudi 20 août 2015.
 
Horizon 2016 oblige, dans toutes les grandes formations politiques, «les couteaux sont sur le point d'être tirés, s'ils ne le sont pas déjà», estime Forum des As. L'air devient de plus en plus irrespirable dans les grandes formations politiques congolaises et rend le climat très délétère, écrit le journal qui voit déjà une«guerre larvée de succession» à la MP, l’UDPS et le PALU.
 
Le problème à la Majorité présidentielle, estime le tabloïd, réside dans la gestion de cette plate-forme où tous les sociétaires ne sont pas tous d'accord. Si tous répètent leur fidélité au “Raïs” Joseph Kabila, tous ne voient pas les choses de la même manière quant à la suite.
 
Certains se sont prononcés clairement pour le respect de la Constitution notamment par rapport à la donne présidentielle. D'autres qui n'ont peut-être pas le courage de s'assumer, ou n'en voient pas encore l'opportunité préfèrent faire profil bas. D'autres enfin militent pour un certain aggiornamento constitutionnel. En d'autres termes, ils voient déjà le Raïs au-delà de 2016, ajoute le quotidien.
 
Forum des As note que la situation est la même au Palu, où sans le dire ouvertement, l'après-Gizenga donne bien des idées à tout ce que ce parti compte comme barons. La “suspension-destitution-exclusion temporaire” d'Adolphe Muzito en est une belle illustration, fait valoir le journal car au PALU, Muzito n'est pas n'importe qui. C'est un fidèle d'entre les fidèles d'Antoine Gizenga et de tous les temps. Muzito est de ceux-là qui ont galéré avec le Secrétaire général du parti.
 
La terrible loi de séries touche aussi l'UDPS, poursuit le journal, qui indique qu'en début de semaine, la presse internationale (Agence Belga, Afrikarabia…) a fait état d'une véritable fronde menée par des représentants de l'UDPS à l'extérieur. Ces derniers ne demandent ni plus ni moins que le départ à la retraite ou la mise à l'écart du lider maximo. Crime de lèse-majesté s'il en est à l'UDPS.
 
Et entre autres griefs, les signataires de la déclaration dénoncent " la gestion familiale du parti ". Là aussi, cette rébellion interne parait motivée par l'après-Tshitshi.
 
Dans la même logique, La Prospérité écrit à sa une : « La guerre des communiqués fait rage à l'UDPS ! »
 
Treize représentants des fédérations de la diaspora réaffirment leur soutien à Etienne Tshisekedi pour dialoguer avec le Président Kabila. Le journal fait savoir que ces personnes réagissent ainsi à la déclaration de 25 cadres du parti qui ont récemment désavoué le leader de l'UDPS, Etienne Tshisekedi.
Il semble, d'après certaines bribes d'information recueillies par La Prospérité que les préparatifs, au niveau de deux parties, seraient très avancés à partir de Bruxelles. Dans le camp du pouvoir, l'on miserait  sur une participation directe d'Etienne Tshisekedi à la suite des pourparlers prévus, cette fois-ci, à Kinshasa.
 
Le Phare titre : «Ne Muanda Nsemi caillassé à Muanda.»
 
Il ne s'y attendait peut-être pas mais il a été désagréablement surpris par les habitants de la ville de Muanda où il a été faire campagne pour le fameux « glissement » de tous les dangers et plus particulièrement en faveur d'un troisième mandat de l'actuel chef de l'Etat, écrit Le Phare.
 
L'ancien chef de la défunte secte «Bundu Dia Kongo» devra revoir sa copie après la mésaventure qu'il vient de subir dans cette ville côtière de la province du Kongo Central, conseille Le Phare qui relate : « Parti de la capitale il y a une semaine pour une première tournée dans sa province d'origine, le député national Zacharie Badiengila dit Ne Muanda Nsemi avait cru que tout se passerait sans anicroche et que ce banc d'essai lui permettrait alors de parcourir les autres provinces de la République pour chanter les vertus de la transition de trois ans qui, à son avis, devrait aboutir à de bonnes élections, plus démocratiques et apaisées.»
Personne ne pouvait s'attendre que le député Zacharie Badiengila allait pousser le culot jusqu'à s'exercer à ce genre de gymnastique politique dans cette partie du territoire national d'où est né le tout premier chef de l'Etat de ce pays béni des dieux, poursuit le quotidien.
 
L'Avenir de son côté revient sur le démembrement des provinces. «Evariste Boshab échange avec Graham Zébedée», affiche le journal.
 
Vingt et une assemblées provinciales, soit soixante-trois personnalités provinciales ont été invitées par le patron de la territoriale, question de retracer les nouvelles orientations dans le fonctionnement des bureaux définitifs des nouvelles provinces. Après leur installation, les nouvelles provinces devraient passer à l'étape de l’élection des bureaux de nouvelles Assemblées provinciales.
 
L'Avenir fait observer que dans certaines provinces, le Vice-Premier ministre en charge de l'Intérieur a constaté qu'au lieu du rôle classique et/ou essentiel de l'Assemblée provinciale, celui de pouvoir légiférer, dans certaines nouvelles provinces, il y avait confusion entre le rôle de l'Assemblée provinciale et celui de l'exécutif provincial, lorsque les députés provinciaux se sont illustrés à demander qu'on ne paie plus les taxes et impôts aux régies financières…​

Recevez Radio Okapi par email

Donnez votre adresse email dans ce formulaire afin de recevoir tous nos articles dans votre boîte email. Vous recevrez un message de confirmation avec un lien sur lequel il vous faudra cliquer afin que l'envoi d'emails devienne effectif.
Si vous ne voyez pas l'email de confirmation dans votre boîte de réception, allez chercher dans vos spams et marquez le message comme "non spam".  

Votre adresse email :

Service offert par FeedBurner

Sondage

Mots-clés populaires

Ceni (84)
Ebola (82)
RDC (78)
Elections (70)
élection (61)
FARDC (51)
Beni (44)
Monusco (39)
ADF (32)
Opposition (31)
FCC (30)
Vclub (27)
Léopards (24)
Caf (23)
Linafoot (20)
Mazembe (19)