Le Potentiel : « Succession de Malumalu : équation à multiples inconnues »

Le président de la Commission électorale nationale indépendante (Ceni), abbé Apollinaire Malumalu, a démissionné samedi 10 octobre. Radio Okapi/Ph. John Bompengo

Revue de presse du lundi 12 octobre 2015

Le Potentiel consacre sa Une ce lundi à la succession de l’abbé Malumalu à la tête de la commission électorale.

Le journal décrit l’ancien président de la Ceni comme une personnalité décriée dans l’Opposition et honnie dans sa propre composante, la Société civile.

Pour des raisons de «santé », rappelle le quotidien, il n’a pas pu parachever la course électorale.

Pour sa succession, Le Potentiel prédit une grande bataille qui pourrait prendre des jours, voire des mois. Un risque évident de glissement du processus électoral, craint le quotidien.

Le journal fait part des craintes de certains observateurs qui redoutent que la démission de Malumalu n’obstrue le chemin qui mène aux élections générales de 2016.

Le Phare aussi s’intéresse à la succession de l’abbé Malumalu. Le journal rappelle que cette démission était réclamée à cor et à cri par l’opposition politique.

Le quotidien rappelle que le président de la commission électorale était indisponible depuis la fin de l’année dernière et qu’il avait subi, au début de cette année, une intervention chirurgicale à la tête.

Pour la succession de Malumalu, le journal dit s’attendre à une grande cacophonie.

Cependant, Le Phare fait savoir qu’il appartiendra au prochain président de la Ceni de tout faire pour éviter à la RDC un glissement à même d’entraîner les Congolaises et Congolais vers le « suicide collectif ».

La dernière sortie des sept partis exclus de la majorité (G7) fait aussi la Une des journaux parus ce lundi.

Le Phare annonce : « Le G7 plus que jamais en ordre de bataille ».

Le journal rapporte que c’est dans une chaude ambiance que l’acte constitutif de cette plate-forme a été signé le samedi 9 octobre par tous ses membres.

Ces derniers ont pris l’engagement d’aligner des candidats à tous les scrutins et de désigner un candidat commun pour l’élection présidentielle de novembre 2016.

Les membres du G7 ont également décidé de se positionner dans l’opposition, en signant officiellement l’acte de divorce avec la famille politique du Chef de l’Etat, note Le Phare.

« Non au dialogue, oui aux élections dans le délai », résume, pour sa part Forum des As.

Le journal annonce une autre position adoptée par le G7 : aux parlementaires actuellement en session budgétaire, la plateforme demande de dégager des ressources nécessaires à l’organisation des élections à caractère national en 2016.

Pour le G7, la tenue d’un dialogue politique, dans les circonstances actuelles, ne servirait qu’à retarder la tenue d’élections participant ainsi au " glissement ".

La Tempête des Tropiques note justement que le G7 a entamé des actions contre ce glissement.

Il demande que des moyens soient accordés à la Ceni de manière à ce que la commission électorale arrive bien à s’assumer.

Le G7 fait appel au rassemblement des Congolais, toutes tendances politiques et catégories sociales confondues pour la consolidation de la paix et de la démocratie ainsi que la sauvegarde de la constitution, fait savoir le journal.

Le Potentiel estime, de son côté, que le G7 s’est engagé dans la lutte pour l’alternance.

Au sujet de la prochaine présidentielle, la plateforme qui désormais fait partie de l’opposition, compter présenter une candidature unique.

Le journal cite Gabriel Kyungu, l’un des membres du G7, qui explique les motivations de la création de cette plateforme politique :

« Cette naissance traduit, sans aucun doute, la détermination de tous ses membres de poursuivre leur combat citoyen en vue de la sauvegarde de la constitution de la république et de l’organisation rationnalisée des élections libres, pluralistes, transparentes et apaisées. »

Recevez Radio Okapi par email

Donnez votre adresse email dans ce formulaire afin de recevoir tous nos articles dans votre boîte email. Vous recevrez un message de confirmation avec un lien sur lequel il vous faudra cliquer afin que l'envoi d'emails devienne effectif.
Si vous ne voyez pas l'email de confirmation dans votre boîte de réception, allez chercher dans vos spams et marquez le message comme "non spam".  

Votre adresse email :

Service offert par FeedBurner