FDLR et Ex-M23: la RDC n'a pas signé un accord de sécurité avec le Rwanda

Des soldats des FARDC se retirent des forces spéciales entre la RDC et la Rwanda pour traquer les FDLR à Rutshuru au Nord-Kivu/ Photo Radio Okapi.

Le ministre de la Défense, Crispin Atama, a démenti avoir signé un accord de sécurité avec son homologue rwandais sur les questions des rebelles rwandais des FDLR et les anciens rebelles de l’ex-M23. Il répondait, vendredi 4 décembre, à la question orale du député Martin Fayulu.

Crispin Atama a été entendu à huis clos par la commission Défense et sécurité de l’Assemblée nationale.

Relayant la réponse du ministre pendant cette audition, Martin Fayulu a affirmé que Crispin Atama n’a pas reconnu l’existence d’un tel accord.

Mais le député Fayulu affirme que le document a été signé en septembre dernier par son prédécesseur, représentant la partie congolaise.

« Il a dit qu’il n’y a pas d’accord mais je lui ai démontré par la déclaration commune qu’il y avait un accord. Et le ministre de la Défense se demande comment est-ce que son collègue a accepté qu’il y ait de telles réunions parce que la RDC avait suspendu de telles réunions depuis qu’elle avait compris que c’est le Rwanda qui avait créé dl’ex-M23 », a déclaré le député de l’opposition.

Martin Fayulu se dit déçu des réponses du ministre :

« Le ministre de la Défense nous a déçu, moi-même et les membres de la commission. Il nous a dit que le problème des FDLR n’en était plus un. En 2009, on dénombrait 7 500 FDLR et qu’aujourd’hui, ils ne sont que 500 », a-t-il rapporté.

Selon le député Fayulu, le ministre a indiqué que les incursions commises par les FDLR « sont réalisées pour la survie »

Le ministre a assuré qu’avec ce nombre réduit, les FDLR peuvent être facilement matées par l’armée congolaise, a restitué Martin Fayulu qui se demande : « pourquoi l’armée congolaise n’arrive pas à éradiquer ce groupe armé ».

Martin Fayulu qui déclare œuvrer en faveur de la paix en RDC, a promis de recourir à d’autres voies prévues par le règlement intérieur, en vue de creuser davantage sur ce dossier.

Lire aussi sur radiookapi.net: 

Recevez Radio Okapi par email

Donnez votre adresse email dans ce formulaire afin de recevoir tous nos articles dans votre boîte email. Vous recevrez un message de confirmation avec un lien sur lequel il vous faudra cliquer afin que l'envoi d'emails devienne effectif.
Si vous ne voyez pas l'email de confirmation dans votre boîte de réception, allez chercher dans vos spams et marquez le message comme "non spam".  

Votre adresse email :

Service offert par FeedBurner