RDC: le Front citoyen demande à la Ceni de «cesser de jouer le jeu du pouvoir»

Le président de la Ceni, Corneille Nangaa lors de la cérémonie de la publication du calendrier de l’élection des gouverneurs et vice-gouverneur des nouvelles provinces de la RDC à Kinshasa, le 10/02/2016. Radio Okapi/Ph. John Bompengo

Le Front citoyen 2016 demande au président de la Commission électorale nationale indépendante (Ceni), Corneille Nangaa, de « cesser de jouer le jeu du pouvoir ». Dans une déclaration rendue publique vendredi 19 février à Kinshasa, ce regroupement qui réclame l’organisation des élections dans les délais constitutionnels dénonce également la « complicité avérée » de la Ceni ainsi que « son entêtement à contribuer à la mise en œuvre de la stratégie scandaleuse du glissement du mandat du chef de l’Etat ».

« Dans un rapport déposé par la Ceni à l’assemblée nationale, il y a un calendrier qui indiquait que la révision du fichier électoral pouvait se faire de janvier à mars. Vous savez aussi que les experts de l’OIF ont dit que cette opération pouvait aussi aller à 4 mois. La Case a de son côté proposé 6 à 7 mois », affirme le porte-parole du Front citoyen 2016, Jean-Claude Katende.

Il se dit étonné que la Ceni « en violation de la constitution » parle de 17 mois pour la révision du fichier électoral.

« Comment la Ceni est-elle arrivée à 17 ou 18 mois alors que dans son rapport déposé devant l’Assemblée nationale elle parle de la révision du fichier électoral de janvier à mars 2016. C’est là que nous disons que la Ceni joue au jeu du pouvoir », souligne Jean-claude Katende.

Vous pouvez écouter les explications du porte-parole du Front citoyen.

/sites/default/files/2016-02/20160220-entretien-jean-claude-katende_58sec.mp3

Le président de la Ceni a fait savoir jeudi 18 février que le processus électoral est sur un chemin critique et qu’il s’avère impossible d’organiser des élections crédibles dans le délai constitutionnel.

Il a notamment expliqué que la révision du fichier électoral pourrait durer au minimum seize mois.

« Accepter les excuses de la Ceni »

Pour l’Alliance des démocrates congolais (Adeco), la classe politique doit accepter les excuses de la commission électorale.

Le porte-parole de ce parti, Stanis Luabeya, indique qu’on devrait tenir compte des contraintes techniques auxquelles fait face la commission électorale.

« Après tout, c’est la Ceni qui doit organiser les élections. Si elle pose des préalables quant à la tenue des élections telle que voulues par tous, nous devons lui accorder certaines excuses », a argumenté Stanislas Luabeya.

Selon lui, ces excuses ne vont pas favoriser le glissement du mandat présidentiel qui doit prendre fin à la fin de cette année.

« Les gens pensent que quand on parle du glissement, c’est pour éterniser le président Kabila au pouvoir. Mais d’après nous, le dialogue devient un grand rendez-vous pour trouver un compromis politique afin de faire face aux contraintes de la Ceni », a déclaré Stanislas Luabeya, faisant allusion au forum annoncé par le président Kabila.

/sites/default/files/2016-02/20160220-entretien-stanis-luabeya_48sec.mp3

Lire aussi sur radiookapi.net: 

Recevez Radio Okapi par email

Donnez votre adresse email dans ce formulaire afin de recevoir tous nos articles dans votre boîte email. Vous recevrez un message de confirmation avec un lien sur lequel il vous faudra cliquer afin que l'envoi d'emails devienne effectif.
Si vous ne voyez pas l'email de confirmation dans votre boîte de réception, allez chercher dans vos spams et marquez le message comme "non spam".  

Votre adresse email :

Service offert par FeedBurner