Insécurité au Nord-Kivu: des députés boycottent une plénière à l’Assemblée nationale

Des députés lors d’une assemblée plénière le 06/01/2015 au palais du peuple à Kinshasa, siège du parlement. Radio Okapi/Ph. John Bompengo

Des députés nationaux élus du Nord-Kivu ont boycotté vendredi 6 mai la plénière à l’Assemblée nationale pour protester contre l’insécurité dans cette province où de nouveaux massacres des civils ont été récemment recensés.

Ces élus ont été accompagnés par d’autres députés qui ont dit exprimer leur solidarité à leurs collègues.

Les députés nationaux du Nord-Kivu déplorent le peu d’intérêt que portent les autorités à la question de l’insécurité dans la partie Nord de leur province.

« Les morts au Grand Nord du Nord-Kivu, on en a trop. Le jour où il y a eu carnage à 17 heures, le gouvernement de la République s’est réuni par coïncidence. Mais dans le compte-rendu de la réunion qui a été lu par le ministre de la Santé, on dit que tout est calme sur toute l’étendue de la République. Comment ne pouvons-nous pas voir que c’est de la négligence. On minimise les faits quand il s’agit de notre contrée », regrette Jérôme Lusenge, président du caucus des députés nationaux du Grand Nord du Nord-Kivu.

Il déplore également que les autorités ne s’impliquent pas actuellement comme elles l’ont fait pour mettre fin à la rébellion du M23.

« Il y a eu d’autres évènements terribles à Goma avec le M23, on a déployé et on a libéré. Mais nous, ça fait des années et des années, à Miriki, on parle, on est fatigué. A Beni, on est fatigué de compter [les morts, ndlr]. Sur le site de Lubero, on est fatigué d’en parler. Des kidnappings, on est fatigué », déclare Jérôme Lusenge.

Le député regrette que le Premier ministre n’ait pas abordé la question de l’insécurité au Nord-Kivu lors de son dernier passage à l’Assemblée nationale.

« On a déposé des dossiers dans toutes les institutions. Même au Premier ministre, on a posé des questions ici dans la salle, il n’y a même pas fait allusion quand il répondait. C’est comme un fait banal », dénonce-t-il.

/sites/default/files/2016-05/20160508-entretien-jerome-lusenge_1min01sec.mp3

Interrogé à ce sujet, le porte-parole du gouvernement, Lambert Mende, affirme partager le désarroi des députés du Nord-Kivu.

Il rejette les accusations sur l’indifférence du gouvernement face à l’insécurité dans l’Est.

Des nouveaux massacres ont été enregistrés ces derniers jours au Nord de la province du Nord-Kivu.

A (re)Lire: Nord-Kivu : nouveaux massacres à Beni

Des massacres de civils sont enregistrés depuis plus de deux ans dans cette partie du pays notamment à Beni et Lubero.

Selon la société civile de ces deux territoires, 1017 personnes y ont été tuées depuis 2014 par des groupes armés.

Lire aussi sur radiookapi.net: 

Recevez Radio Okapi par email

Donnez votre adresse email dans ce formulaire afin de recevoir tous nos articles dans votre boîte email. Vous recevrez un message de confirmation avec un lien sur lequel il vous faudra cliquer afin que l'envoi d'emails devienne effectif.
Si vous ne voyez pas l'email de confirmation dans votre boîte de réception, allez chercher dans vos spams et marquez le message comme "non spam".  

Votre adresse email :

Service offert par FeedBurner