RDC : l'incertitude politique freine la croissance (FMI)

Le premier Directeur général adjoint du FMI, David Lipton, pose avec des enfants à l’orphelinat de la pédiatrie de Kimbondo le 6/03/2015 à Kinshasa lors d’une visite de travail. Radio Okapi/Ph. John Bompengo

L'incertitude politique en République démocratique du Congo (RDC) freine la croissance économique nationale déjà frappée par la baisse des cours des matières premières, a estimé mercredi le Fonds monétaire international. (FMI).

En RDC, la présidentielle censée avoir lieu en 2016 apparaît chaque jour un peu plus compromise.

« Depuis le milieu de l’année 2015, la RDC a été frappée par des chocs négatifs dus essentiellement à la chute des cours de ses principaux produits d’exportation », rappelle le FMI dans sa note publiée à l'issue d'une visite d'évaluation d'une de ses équipes au Congo.

« En 2016, les difficultés de la conjoncture extérieure, associées aux incertitudes pesant sur la situation intérieure, ont continué d’impacter négativement la croissance économique, les finances publiques et la balance des paiements », ajoute le communiqué.

« À terme », selon l'estimation des experts du FMI, l’économie congolaise « devrait rester soumise à des vents contraires, notamment la lenteur de la croissance dans les pays avancés et émergents, le durcissement de la situation financière internationale, et les incertitudes pesant sur la situation intérieure ».

Cinquième producteur mondial de cuivre et premier de cobalt (chiffres 2014), la RDC, pays parmi les moins développés et les plus corrompus au monde, a enregistré une forte croissance économique de 2010 à 2014, tirée par l'extraction minière.

En 2015, la croissance a nettement fléchi sous le coup de la baisse des cours des matières premières entraînée par le ralentissement économique de la Chine

Pour 2016, les autorités ne tablent plus que sur une croissance à 6,6% et le gouvernement a revu en forte baisse le budget de l’État, déjà étriqué.

Le FMI a déploré par le passé que la forte croissance économique congolaise des dernières années n'ait pas été suffisamment mise à profit pour réduire les inégalités dans un pays dont l'immense majorité des 71 millions d'habitants se débat dans la grande pauvreté.

Le mandat du président de la RDC, Joseph Kabila s'achève en décembre et la Constitution lui interdit de se représenter mais l'opposition accuse le pouvoir de tout faire pour rendre impossible la tenue de la présidentielle avant la fin de l'année.

En mai, la Cour constitutionnelle a rendu un arrêt autorisant M. Kabila à se maintenir en fonctions au-delà du terme de son mandat si son successeur n'a pas été élu à cette date.

Avec l’AFP.

Lire aussi sur radiookapi.net: 

Recevez Radio Okapi par email

Donnez votre adresse email dans ce formulaire afin de recevoir tous nos articles dans votre boîte email. Vous recevrez un message de confirmation avec un lien sur lequel il vous faudra cliquer afin que l'envoi d'emails devienne effectif.
Si vous ne voyez pas l'email de confirmation dans votre boîte de réception, allez chercher dans vos spams et marquez le message comme "non spam".  

Votre adresse email :

Service offert par FeedBurner

Sondage

Mots-clés populaires