[Photos] Le déroulement de la ville-morte à Kinshasa

Vue de l’avenue Kasa vubu à la hauteur de la station Ma campagne dans la commune de Kintambo à Kinshasa, le 23/08/2016 vers 7h53. Radio Okapi/Ph. John Bompengo

Les activités économiques et administratives n’ont pas fonctionné comme d’habitude mardi 23 août au centre-ville de Kinshasa à la suite de l’appel à la ville-morte lancé par le «Rassemblement» de l’opposition.
 
Des bureaux de la fonction publique sont restés fermés l’avant-midi. Les quelques agents rencontrés sur place affirment peu après 9 heures ont affirmé «être venus signer la liste de présence et rentrer». 
 
Au ministère des Affaires étrangères, un reporter de Radio Okapi a constaté que des bureaux étaient fermés. Les quelques agents présents trainaient dans les couloirs du ministère et discutaient entre eux. La même ambiance a également été observée au niveau du ministère du Travail, ont décrit les même sources.
 
Une situation qui tranche avec celle du ministère de la Justice où le travail se déroulait comme à l’accoutumée. Dans certaines entreprises publiques dont OGEFREM et la SONAS certains fonctionnaires étaient présents à leurs postes tandis que d’autresbureaux étaient fermés.
 
Par ailleurs, dans la partie sud de la ville notamment dans les communes de Lemba et Matete, une vive tension a été observée au niveau du croisement de l’avenue By-pass et celle qui va vers la commune de Matete. D’après des témoins, des jeunes ont brulé vers 9h00 des pneus à l’intersession de ces deux avenues, paralysant ainsi la circulation.
 
Ces barricades ont été enlevées une heure plus tard par la police dépêchée pour assurer l’ordre public. Aucun incident n’a cependant a été signalé à cet endroit. Jusque vers midi, quelques taxis et des voitures privées circulaient sur ce tronçon.
 
Les bus de Transco, la société publique de transport en commun, qui desservent cette ligne ont suspendu leur course vers 8h00, heure locale lorsqu’un groupe des jeunes a commencé à lancer des pierres sur un des bus de la société, brisant ses vitres. Avant cette heure-là, les bus de Transco et Esprits de vie, societe de transport issu d’un partenariat public-privé, circulaient normalement.    
 
Dans la commune de Lemba, les étalages de deux marchés municipaux de la commune Lemba et ceux du marché principal de la commune de Matete etaient « à moitié vides ».
 
A la place UPN par contre, des témoins ont indiqué que « rien n’a laissé entrevoir une certaine paralysie des activités ». Mais contrairement à d’autres jours, les activités commerciales ont débuté un peu tard, vers 10h00, heures locales. ​

Lire aussi sur radiookapi.net: 

Recevez Radio Okapi par email

Donnez votre adresse email dans ce formulaire afin de recevoir tous nos articles dans votre boîte email. Vous recevrez un message de confirmation avec un lien sur lequel il vous faudra cliquer afin que l'envoi d'emails devienne effectif.
Si vous ne voyez pas l'email de confirmation dans votre boîte de réception, allez chercher dans vos spams et marquez le message comme "non spam".  

Votre adresse email :

Service offert par FeedBurner