La fête du nouvel an dans les villes de la RDC

Kinshasa, Kikwit, Lubumbashi, Kananga, Mbuji-Mayi, les villes de la RDC fêtent chacune à sa manière le début de la nouvelle année. De nombreux Congolais ont passé leur réveillon de la Saint Sylvestre dans des églises. D’autres se sont retrouvés dans des débits de boissons.

Dans certains quartiers animés de Kinshasa, les sons des pétards (pourtant interdits par les autorités) ont accompagné les cris pour célébrer la nouvelle année. Avec des orchestres ou avec l’animation des DJ, plusieurs débits de boissons ont reçu de nombreux clients durant toute la nuit.

Ce 1er janvier, des commerces et marchés ont été pris d’assaut par des clients venus se procurer notamment des vivres. Au centre-ville, certains supermarchés n’ont pourtant pas ouvert.

En début d’après-midi, notre reporter qui a sillonné la commune de Bandal a constaté que les débits de boissons s’apprêtaient à nouveau à recevoir des clients.

Kikwit

Dans la ville de Kikwit au Kwilu, la fête se passe dans le calme. Un dispositif sécuritaire a été déployé à travers la ville sur décision des autorités locales pour garantir la sécurité.

Les habitants se préparent cependant à fêter en ce jour de l’an. A travers la ville, la viande de vache se vend. Près de 150 vaches ont été abattues.

Des familles se cotisent pour acheter une vache et se partager la viande. Le prix de la bête varie entre 500 et 800 dollars américains.

Kananga

Les habitants de la ville de Kananga qui a récemment connu des affrontements entre miliciens et forces de l’ordre se sont également préparés pour fêter le nouvel an.

Ce 1er janvier dans l’avant-midi, de nombreux habitants sont allés prier dans des lieux de culte.

Des jeunes se prennent en photos à côté du sapin géant érigé sur la place de l’indépendance.

C’est en fin d’après-midi que les quartiers de la ville devraient s’animer.

Pendant ce temps, des agents de la Société nationale de chemin de fer du Congo (SNCC) qui totalisent plus de 100 mois d’arriérés réclament d’obtenir leurs salaires. 

Mbuji-Mayi

La plupart des habitants de Mbuji-Mayi au Kasaï-Oriental fêtent dans leurs familles.

Dans la matinée, plusieurs habitants se sont rendus dans des lieux de culte.

A travers la ville, aucune décoration particulière pour marquer le début de l’année. Pas d’embouteillage sur les principales routes où quelques conducteurs roulent à vive allure.

Dans le quartier Kalala wa Nkata où sont concentrés les comptoirs d’achat et de vente de diamant, il faut un peu plus d’effort et de vigilance pour passer en véhicule. La principale avenue Salongo est littéralement bouchée. De nombreux creuseurs et conducteurs de taxi-moto s’y sont regroupés. Ils attendent la distribution des vivres promis par des patrons des comptoirs de diamant.

Dans les carrefours de la ville, les forces de l’ordre sont visibles.

Lubumbashi

A Lubumbashi, les habitants se sont rendus dans les marchés dans l’avant-midi pour se procurer des vivres afin de fêter en famille.

Certains jeunes interrogés dans la commune Katuba ont cependant déploré la forte présence des forces de l’ordre.

Il y a quelques jours, des violents incidents ont opposé forces de l’ordre et manifestants dans cette commune.

Kisangani

Dans la ville de Kisangani, l’ambiance de fête est moins visible que les années passées.

Certains habitants se plaignent de la hausse des prix sur les marchés.

Ce 1er janvier, les rues sont moins animées que lors des années antérieures.

Lire aussi sur radiookapi.net: 

Recevez Radio Okapi par email

Donnez votre adresse email dans ce formulaire afin de recevoir tous nos articles dans votre boîte email. Vous recevrez un message de confirmation avec un lien sur lequel il vous faudra cliquer afin que l'envoi d'emails devienne effectif.
Si vous ne voyez pas l'email de confirmation dans votre boîte de réception, allez chercher dans vos spams et marquez le message comme "non spam".  

Votre adresse email :

Service offert par FeedBurner