Nouvel an : ambiance morose à Manono suite au conflit pygmées-Bantous

Le réveillon de nouvel an s’est passé dans un climat morose dans le territoire de Manono (Tanganyika). Le regroupement des Jeunes de Manono déplore cette ambiance, dimanche 1er janvier dans une interview accordée à Radio Okapi.

Son coordonnateur, Dieu Merci Kabila, explique cette morosité par les conséquences du conflit intercommunautaire entre pygmées et bantous « qui empoisonne cette zone ».

« Le cœur n’est pas à la fête. Les gens n’osent pas sortir pour aller aux champs. Toutes les routes sont maintenant contrôlées par les pygmées. Maintenant, ce sont des gens qui meurent de faim », déplore Dieu Merci Kabila.

Il indique que personne n’est visible dans le centre de Manono. Les habitants ont fui vers Mulongo, Malemba et Kyolo.

« C’est au moins 60% de la population qui se trouve à l’extérieur. A l’hôpital, on comptait une centaine de personnes (blessées) qui sont internées. Parce qu’il y a beaucoup de familles qui sont éprouvées, comment est-ce qu’on peut avoir son cœur à la fête ? » s’interroge-t-il.

Dieu Merci Kabila demande les autorités de la RDC « à ne pas négliger la situation de Manono » et de s’y intéresser à l’instar des massacres de Beni.

Selon des sources locales, le conflit de cohabitation entre pygmées et les bantous datent de plusieurs années maintenant dans le Tanganyika et a déjà fait des victimes.

Dans une déclaration faite le 28 décembre dernier, le député national Edmond Kibawa disait craindre que cette situation prenne des proportions inquiétantes surtout à Manono et qu’elle dégénère.

Lire aussi sur radiookapi.net: 

Recevez Radio Okapi par email

Donnez votre adresse email dans ce formulaire afin de recevoir tous nos articles dans votre boîte email. Vous recevrez un message de confirmation avec un lien sur lequel il vous faudra cliquer afin que l'envoi d'emails devienne effectif.
Si vous ne voyez pas l'email de confirmation dans votre boîte de réception, allez chercher dans vos spams et marquez le message comme "non spam".  

Votre adresse email :

Service offert par FeedBurner