Accord du 31 décembre : Maman Sidikou sollicite le soutien des Nations unies

Le patron de la MONUSCO, Maman Sambo Sidikou, estime que la mise en œuvre de l’accord politique du 31 décembre requiert tout le soutien des Nations Unies. Dans son discours prononcé mardi 21 mars devant le Conseil de sécurité des Nations unies, il affirme que ce compromis ouvre « de la façon la plus claire la voie à la tenue des élections ».

Ouvert depuis le 8 décembre 2016, les parties prenantes aux discussions du centre interdiocésain n’ont toujours pas signé l’arrangement particulier pour l’application effective de l’accord qu’elles ont signé le 31 décembre de la même année. La CENCO a annoncé la fin des travaux pour lundi 27 mars prochain.

Maman Sambo Sidikou évoque certains blocages dans l’application de cet accord, citant notamment les divergences entre la Majorité présidentielle (MP) et le Rassemblement et la mort d’Etienne Tshisekedi, ancien président de l’Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS).

Le mode de désignation du premier ministre, la répartition des ministères de souveraineté (Affaires Etrangères, Intérieur, Défense et Justice] et le rôle que devra jouer la CENCO à l’issue de la finalisation de l’arrangement particulier sont parmi les points de divergence entre la MP et le Rassemblement, rappelle-t-il.

Pour la modalité de désignation du premier ministre par exemple, la MP souhaite que le Rassemblement propose une liste de trois candidats. Ce que réfute la plateforme de l’opposition qui ne s’en tient qu’à présenter un seul candidat à ce poste.

« La mort d’Etienne Tshisekedi a eu un impact significatif sur le processus politique en RDC, retardant davantage la finalisation de l’arrangement particulier, la désignation du premier ministre et la mise en place du Conseil national de suivi de l’accord (CNSA) » regrette Maman Sidikou.

Pour le patron de la MONUSCO, le dialogue politique demeure dans une impasse, et les tensions risquent de monter.

« En février, des séminaires et paroisses de l’Eglise catholique à Kananga, Kinshasa et Lubumbashi ont été attaqués, vraisemblablement à cause des frustrations accrues au sein de certains segments de la population qui voient le processus politique s’enliser », suppute Maman Sidikou.

Avancées significatives

Dans son speech devant le Conseil de sécurité, le patron de MONUSCO dit se réjouir néanmoins  de la situation qui « semble évoluer dans le bon sens depuis quelques jours ».

« La désignation de Félix Tshisekedi [UDPS] et Pierre Lumbi [G7] comme président du Rassemblement et président du conseil des sages constitue une avancée importante qui a permis la reprise le 16 mars, sous les auspices de la CENCO, des négociations sur l’arrangement particulier (…) », se félicite Maman Sidikou.

Il note également des progrès dans l’opération d’enrôlement en RDC avec, à ce jour, plus de 19 millions d’électeurs enrôlés.

« Le processus d’enrôlement est en passe de débuter dans les deux zones opérationnelles d’enrôlement restantes », se réjouit Maman Sidikou.

Il fait également remarquer l’accompagnement de la MONUSCO dans ce processus avec l’appui logistique et technique qui arrive à terme à la fin du mois de mars.

« A cette date, la MONUSCO aura transporté approximativement 3000 tonnes de matériels d’enrôlement à travers la RDC (…) », note le chef de la mission onusienne en RDC.

Lire aussi sur radiookapi.net: 

Recevez Radio Okapi par email

Donnez votre adresse email dans ce formulaire afin de recevoir tous nos articles dans votre boîte email. Vous recevrez un message de confirmation avec un lien sur lequel il vous faudra cliquer afin que l'envoi d'emails devienne effectif.
Si vous ne voyez pas l'email de confirmation dans votre boîte de réception, allez chercher dans vos spams et marquez le message comme "non spam".  

Votre adresse email :

Service offert par FeedBurner