Situation sécuritaire au Kasaï Central : le général Kifwa « sidéré » par les propos de Delly Sesanga

Le Commandant de la 2ème zone de défense de la RDC, le général-Major  Jean-Claude Kifwa, indique qu’il est sidéré par les propos tenus sur Radio Okapi par le député le député Delly Sesanga, selon lesquels il y a intensité de violence dans le Kasaï Central. Cet élu national avait aussi révélé, sur base des chiffres obtenus des fédérations de son parti et des organisations de la société civile de cette province, que les tueries du Kasaï ont fait plus de 3300 morts.

« Je suis sidéré d’entendre ces genres des propos de quelqu’un qui pétend être un élu du peuple. L’honorable en question n’a pas condamné les actes terroristes qui se passent dans son propre fief électoral. Il y a la destruction des infrastructures du patrimoine du domaine de l’Eglise catholique, on égorge des gens et il ne dénonce pas cela », s’insurge le Commandant de la 2ème zone de défense.

Dans une interview accordée à Radio Okapi ce vendredi, le général-major Jean-Claude Kifwa déclare que la situation sécuritaire s’est améliorée dans tout l’espace kasaïen. Il précise que l’ordre y est rétabli à 80%.

« Aujourd’hui on vient de libérer 138 otages dans le groupement Kambembo, on a repris le contrôle de la localité Kabudimbu, dans le territoire de Luiza où nous avons libéré trois enfants qui étaient pris en otage pour être égorgés. Nous menons des opérations en appui à la police. Nous avons restauré l’autorité de l’état dans tous les chefs-lieux de territoire. D’ailleurs on a restauré l’autorité de l’Etat dans tous les chefs-lieux des territoires. Au Kasaï central, nous contrôlons les chefs-lieux des territoires de Luiza, Dimbelenge, Bomba, Dibaya, Kazumba. Mais nous évoluons aussi ailleurs », indique le général-major Jean-Claude Kifwa.  

Il sollicite l’implication des députés et de la population pour mettre définitivement fin au terrorisme qui sévit dans cette partie du pays.

Il refuse d’avancer les chiffres et se réfère à ceux avancés par le porte-parole de l’armée, le Général Léon-Richard Kasonga. En fait, ce dernier avait affirmé, le 15 mai que trois cent nonante miliciens, trente-neuf militaires et quatre-vingt-cinq policiers étaient tués dans la mission des FARDC de restaurer l’autorité de l’Etat dans les provinces du Kasaï, Kasaï Central et Kasaï Oriental.

Lire aussi sur radiookapi.net: 

Recevez Radio Okapi par email

Donnez votre adresse email dans ce formulaire afin de recevoir tous nos articles dans votre boîte email. Vous recevrez un message de confirmation avec un lien sur lequel il vous faudra cliquer afin que l'envoi d'emails devienne effectif.
Si vous ne voyez pas l'email de confirmation dans votre boîte de réception, allez chercher dans vos spams et marquez le message comme "non spam".  

Votre adresse email :

Service offert par FeedBurner