Electons 2018 : un système d’alerte précoce envisagé dans le Bas-Uele durant le processus électoral

La Monusco, l’Eglise catholique de Buta et les organisations de la société civile du Bas-Uele ont sensibilisé une vingtaine de composantes de la société civile durant trois jours dans le Bas-Uélé. Elles veulent mettre un mécanisme d’alerte précoce sur des violation des droits de l’homme et des entraves à l’exercice des libertés publiques durant ce processus électoral, a déclaré Sylvain Masudi, officier du Bureau Conjoint des Nations Unies aux Droits de l’Homme (BCNUDH).

Une soixantaine de témoins des partis et regroupements politiques ont été formés, a affirmé le président de ce collectif, Jean Bete. Ils ont appris ce que les témoins doivent faire le jour de vote, comment décompter les voix, et rapporter d’éventuelles irrégularités le jour du vote.

La Caritas diocésaine de Buta a assuré aussi une formation de deux jours sur la conduite de l’observateur, sur les techniques de collecte des données et sur leur transmission par messagerie téléphonique.

 

 

Lire aussi sur radiookapi.net: 

Recevez Radio Okapi par email

Donnez votre adresse email dans ce formulaire afin de recevoir tous nos articles dans votre boîte email. Vous recevrez un message de confirmation avec un lien sur lequel il vous faudra cliquer afin que l'envoi d'emails devienne effectif.
Si vous ne voyez pas l'email de confirmation dans votre boîte de réception, allez chercher dans vos spams et marquez le message comme "non spam".  

Votre adresse email :

Service offert par FeedBurner