Bukavu : grève du personnel médical de la prison centrale

Le service médical de la prison centrale de Bukavu est en grève depuis mardi 15 octobre. Les grévistes réclament les médicaments et les arriérés de leurs primes de risque non payés à ce jour. Le directeur de la prison reconnait le problème de manque de médicament à la prison centrale de Bukavu, depuis le retrait du Comité international de la Croix-Rouge en décembre 2018.

« Les prisonniers ont droit aux soins », lit-on sur la porte d’entrée de l’infirmerie. Il est encore écrit en gras : « Le personnel du centre médical de la prison centrale de Bukavu en grève sèche depuis ce lundi 14 octobre 2019. Un droit se revendique. Droit à la santé des détenus. Trop, c’est trop ! »

Selon le directeur de la prison centrale de Bukavu, cela fait neuf mois que la prison centrale ne reçoit pas de médicament. Or, quand un détenu arrive à la prison, on a besoin de savoir son état de santé et s’il a un malaise, on doit s’occuper de lui.

Cependant, il y a autour de deux mille détenus actuellement. L’Etat congolais devait prendre en charge les prisonniers.

Ceux qui sont envoyés à l’hôpital général de Bukavu s’évadent souvent. Par la passé, la Croix rouge donnait des médicaments pour favoriser le soin à l’intérieur de la prison. Mais, la carence persiste depuis le retrait de la Croix rouge.

Ce manque de médicaments révolte le service médical, qui dit en avoir trop. 

A la suite de cette grève, selon des sources pénitentiaires, les prisonniers malades sont livrés à eux-mêmes.

Radio Okapi n’a pas pu joindre le médecin traitant à la prison centrale pour plus de détails.

Lire aussi sur radiookapi.net: 

Recevez Radio Okapi par email

Donnez votre adresse email dans ce formulaire afin de recevoir tous nos articles dans votre boîte email. Vous recevrez un message de confirmation avec un lien sur lequel il vous faudra cliquer afin que l'envoi d'emails devienne effectif.
Si vous ne voyez pas l'email de confirmation dans votre boîte de réception, allez chercher dans vos spams et marquez le message comme "non spam".  

Votre adresse email :

Service offert par FeedBurner