Goma : visite de la sous-secrétaire générale des Nations unies, défenseure des droits des victimes dans 3 structures médicales

Le volet juridique dans la prise en charge des survivantes des abus et exploitation sexuels dans les structures médicales reste encore faible. Ce constat a été fait par la Défenseure des droits des victimes aux Nations unies, Jane Connors, mardi 26 novembre lors de sa visite dans trois structures médicales de Goma qui prennent en charge ces survivantes. Il s'agit de l’hôpital Heal Afirca, le centre médical GESOM et l’hôpital Kyeshero.

Pour elle, si les volets médical et psychosocial sont bien assurés dans ces structures médicales, le volet juridique reste encore faible. Car, dit-elle, c’est parce que les bourreaux ne sont pas sanctionnés par la justice.

De son côté, le médecin chef de staff de l’hôpital Kyeshero, Dr. Fabrice Bishengi Ombeni, espère qu’une réponse urgente sera apportée à cette préoccupation des victimes.

« Le volet juridique, c’est un problème en général au niveau du pays. Peut-être. Les autorités juridiques doivent se mettre pour aider la population à combattre les violences à tous les niveaux. Les bourreaux doivent être sanctionnés. Si toutes les décisions sont prises pour protéger les victimes, je crois que cela peut aussi diminuer le taux des violences dans notre pays. L’autre défi, c’est la prise en charge des enfants ou des nouveau-nés issus de ces femmes qui ont été enceintées  par les agents des Nations unies. Nous croyons que, elle va plaider pour la meilleure prise en charge, d’abord, de ces victimes qui ont droit à la vie ; et beaucoup plus pour la réinsertion », a-t-il déclaré.

Ces trois structures médicales visitées par Mme Jane Connors prennent en charge gratuitement plus de quatre cents survivantes des abus et exploitation sexuels avec l’appui des partenaires internationaux.

Lire aussi sur radiookapi.net: 

Recevez Radio Okapi par email

Donnez votre adresse email dans ce formulaire afin de recevoir tous nos articles dans votre boîte email. Vous recevrez un message de confirmation avec un lien sur lequel il vous faudra cliquer afin que l'envoi d'emails devienne effectif.
Si vous ne voyez pas l'email de confirmation dans votre boîte de réception, allez chercher dans vos spams et marquez le message comme "non spam".  

Votre adresse email :

Service offert par FeedBurner