Dossier AFDC-A : l’Assemblée nationale est en conflit avec le ministère de l’Intérieur, estime Remy Musungayi

La Conférence des présidents de l'AFDC et alliés de Modeste Bahati Lukwebo estime que l’Assemblée nationale est dans une position ambigüe vis-à-vis d’elle-même et en conflit avec le ministère de l’Intérieur. Son président, Remy Musungayi l’a affirmé mercredi 18 décembre, lors de la conférence de presse organisée à Kinshasa.

En effet, la question de paternité de l’AFDC-A divise les membres fidèles à Modeste Bahati et ceux de Nene Nkulu. Dimanche 15 décembre, à la clôture de la session de septembre, l’Assemblée nationale a tranché en faveur de Nunu Nkulu en lui reconnaissant la paternité du groupe parlementaire AFDC-A de l'aile du FCC. Une décision prise après l'adoption du rapport de la Commission Politique, administrative et juridique (PAJ).

Une mesure que conteste l’aile de Modeste Bahati, qui s’appuie sur la décision du vice-Premier ministre et ministre de l’Intérieur qui a tranché en début décembre, en faveur de l’AFDC-A Modeste Bahati, en ce qui concerne le dossier du dédoublement de l’AFDC-A.

« L’Assemblée nationale a délibérément violé la loi portant organisation et fonctionnement des partis politiques. Loi sur base de laquelle le ministère de l’Intérieur a tranché net en faveur de l’AFD-A dirigée par Modeste Bahati Mukwebo », a rappelé Remy Musungayi.

Il dit maintenir sa pression sur la commission Politico-Administrative et Juridique de l’Assemblée Nationale pour l’amener à reconnaitre le regroupement dirigé par Bahati Lukwebo comme seul à pouvoir designer le président du groupe parlementaire AFDC et Alliés.

Selon lui, son regroupement a aussi soupçonné la corruption de cette commission et a transmis toutes les preuves aux cours et tribunaux.

« C’est à ce stade que nous invitons et sollicitons l’intervention du Président de la République à intervenir afin que le système de corruption qu’il combat cesse dans notre pays », a indiqué Remy Musungayi.

La conférence des présidents AFDC-A affirme que sa lutte pour le respect de la légalité au sein de la commission PAJ ainsi que de l’Assemblée nationale va se poursuivre et ne cèdera point « à la corruption encouragée au sein de l’hémicycle. »

« Nous appelons la base de l’AFDC-A à bloquer par la voie démocratique les fraudeurs et autres usurpateurs qui cherchent à éliminer sur le terrain politique, l’honorable Bahati Lukwebo et l’AFDC et alliés », a dit Remy Musungayi.

Lire aussi sur radiookapi.net: 

Recevez Radio Okapi par email

Donnez votre adresse email dans ce formulaire afin de recevoir tous nos articles dans votre boîte email. Vous recevrez un message de confirmation avec un lien sur lequel il vous faudra cliquer afin que l'envoi d'emails devienne effectif.
Si vous ne voyez pas l'email de confirmation dans votre boîte de réception, allez chercher dans vos spams et marquez le message comme "non spam".  

Votre adresse email :

Service offert par FeedBurner