Affaire Moïse Mbiye : le ministre des Droits humains condamne les attaques contre les avocats de la partie civile


Au cours d’un entretien accordé jeudi 30 janvier à Radio Okapi, le ministre de Droits humains, André Lite, a condamné les intimidations et attaques armées contre les avocats de la partie civile dans l’affaire sextape du pasteur et musicien Moïse Mbiye.

Maitre Justin Lunanga, l’avocat d’Eliane Bafeno – qui a porté plainte contre le pasteur notamment pour viol et avortement - avait reçu une balle à la jambe le dimanche 26 janvier. Tandis que Me Crispin Biayi, avocat d’anciens musiciens de Moïse Mbiye, notamment Eddy Kabeya (contraint à la clandestinité) et Jérémie Kongolo (aux arrêts), dit avoir reçu des menaces de mort après son intervention dans une radio locale.

Le ministre des Droit humains appelle les juridictions compétentes à protéger ces avocats, car rien ne justifie ce genre d’actes dans un Etat démocratique :

« C’est inacceptable parce que nous sommes en démocratie. Nous sommes dans un Etat de droit. Nous en appelons aux juridictions saisies par cette affaire, de faire en sorte que, ceux des avocats, qui sont partie civile dans cette affaire, puissent bénéficier de leur protection pour la simple raison que rien ne justifie de telle pratique ».

Il a, en outre, promis de saisir la justice militaire, si ces allégations se confirmaient :

« Si ces faits sauveraient confirmés, nous n’allons pas, nous aussi donner du répit. Nous allons conformément aux prérogatives qui sont les nôtres, nous adresser à l’Auditeur général des FARDC. Parce qu’à partir du moment où les armes circulent dans cette affaire, l’Auditeur des FARDC est compètent pour traduire en justice les responsables de ces genres des faits, qui sont du reste, inacceptables du point de vue légal ».

Le musicien et pasteur Moïse Mbiye, responsable de l’église Cité Bethel, est traduit en justice pour viol présumé et tant d’autres infractions. La plainte avait été déposée au parquet de grande instance de la Gombe/Kinshasa par Eliane Bafeno, son ex-copine. L’affaire est déjà passée en instruction pré-juridictionnelle depuis mardi 21 janvier.

Lire aussi sur radiookapi.net: 

Recevez Radio Okapi par email

Donnez votre adresse email dans ce formulaire afin de recevoir tous nos articles dans votre boîte email. Vous recevrez un message de confirmation avec un lien sur lequel il vous faudra cliquer afin que l'envoi d'emails devienne effectif.
Si vous ne voyez pas l'email de confirmation dans votre boîte de réception, allez chercher dans vos spams et marquez le message comme "non spam".  

Votre adresse email :

Service offert par FeedBurner