Haut-Katanga : plus de 5 000 cas d’insécurité recensés en 2019

Cinq mille soixante-quatorze cas d’insécurité ont été recensés en 2019 dans les villes de Lubumbashi, Likasi et Kasumbalesa, dans le Haut-Katanga, selon le rapport alternatif du cadre de concertation de la société civile locale, présenté vendredi 21 février à Lubumbashi, à l’occasion de la journée de réflexion portant sur la gouvernance sécuritaire.

Les membres de la société civile du Haut-Katanga ont indiqué ces cas d’insécurité ont été caractérisés par des meurtre, vols et viols.

Les mois de mars et de septembre ont été particulièrement les plus meurtris avec respectivement 14 et 15% des cas. Les villes les plus touchées sont Lubumbashi, Likasi et Kasumbalesa.

Parmi les auteurs de ces actes, il y a les enfants en conflits avec la loi, les civils porteurs d'armes et les forces de l'ordre.

D’après la société civile, les actes commis par les enfants en conflits avec la loi sont de l’ordre de 5%, les civils en armes et en tenue de la police ou de l’armée 20% et les policiers et militaires 75%.

Pour ce qui est de viol, c’est un total de 36 cas qui ont été enregistrés principalement dans la ville de Lubumbashi.

Présent à cette rencontre, un des responsables des forces de l’ordre a expliqué à l’assistance les efforts qui sont menés par la police pour faire face à ce défi sécuritaire.

Il a sollicité la collaboration de la population pour lutter contre l’insécurité tant décriée dans la capitale du cuivre et ses environs. 

Lire aussi sur radiookapi.net: 

Recevez Radio Okapi par email

Donnez votre adresse email dans ce formulaire afin de recevoir tous nos articles dans votre boîte email. Vous recevrez un message de confirmation avec un lien sur lequel il vous faudra cliquer afin que l'envoi d'emails devienne effectif.
Si vous ne voyez pas l'email de confirmation dans votre boîte de réception, allez chercher dans vos spams et marquez le message comme "non spam".  

Votre adresse email :

Service offert par FeedBurner