Coronavirus : la fabrication des masques en tissus prend de l’ampleur à Kinshasa


La fabrication des masques en tissus a pris de l’ampleur dans la ville-province de Kinshasa, à la veille d'entrée en vigueur de la décision du gouverneur Gentiny Ngobila. Cette décision qui entre en application, mercredi 22 avril, exige à chaque personne de porter un masque chirurgical ou en tissu sur les lieux publics.

Cette décision vise à protéger la population contre la propagation du Coronavirus.

Sur l’avenue Kalembe Lembe, dans la commune de Lingwala, par exemple, un atelier de couture de dix machines à coudre où les hommes et les femmes fabriquent des masques artisanaux.

Pour la couturière Colette Fuala, habituée à coudre les habits pour hommes et femmes, fabriquer beaucoup de masques, lui rapporte d'argent en un temps record.

Elle explique que la pièce se vend à 500 FC (0.28 USD) et elle en fabrique une centaine par jour.

Ces masques sont vendus à différents prix, selon le tissu utilisé. Mais la question du prix n’inquiète pas Samuel Vangu, un des acheteurs qui pense tout d’abord à sa santé.

Pour Samuel, « la santé n'a pas de prix ».

Porter le masque ou le cache-nez, est l’un des gestes-barrières recommandés pour se protéger contre la pandémie à coronavirus.

A Kinshasa, toute personne qui ne porterait pas le masque sera sanctionnée par une amande correctionnelle de 5 000 FC (2.8 USD).

Lire aussi sur radiookapi.net: 

Recevez Radio Okapi par email

Donnez votre adresse email dans ce formulaire afin de recevoir tous nos articles dans votre boîte email. Vous recevrez un message de confirmation avec un lien sur lequel il vous faudra cliquer afin que l'envoi d'emails devienne effectif.
Si vous ne voyez pas l'email de confirmation dans votre boîte de réception, allez chercher dans vos spams et marquez le message comme "non spam".  

Votre adresse email :

Service offert par FeedBurner