L'OMS exhorte les pays à ne pas laisser le Covid-19 éclipser les autres questions de santé

 Alors que les pays s'efforcent de maîtriser l'épidémie, il leur faut également maintenir les efforts face à d'autres urgences sanitaires et préserver les progrès réalisés contre des maladies telles que le paludisme ou la polio, a exhorté jeudi 23 avril l'Organisation mondiale de la Santé (OMS).

Déjà avant la survenue du nouveau coronavirus en Afrique, l'OMS soulignait la nécessité pour les pays d'assurer la continuité des services de santé essentiels de routine. Un système de santé surchargé nuit non seulement à l'efficacité de la riposte contre le Covid-19, mais peut également compromettre la lutte contre toute une série de menaces évitables pour la santé humaine, indiqu le communiqué de l’OMS.

Même de brèves interruptions de la vaccination favorisent la flambée d’épidémies, ce qui rend les enfants et les autres groupes vulnérables plus exposés à des maladies mortelles.

 « J'invite instamment tous les pays à ne pas perdre de vue les progrès qu'ils ont réalisés dans le domaine de la santé alors qu'ils s'adaptent pour faire face à cette nouvelle menace. Nous avons vu avec l'épidémie du virus Ebola en Afrique de l'Ouest que nous avons perdu plus de personnes à cause du paludisme par exemple, que nous n'en avons perdu à cause de l'épidémie d’Ebola. Ne répétons pas le même scénario avec le Covid-19 », a déclaré Dr Matshidiso Moeti, directrice régionale de l'OMS pour l'Afrique.  

Les conséquences de l'interruption des efforts de lutte contre le paludisme en Afrique pourraient être particulièrement désastreuses. Selon les estimations actuelles, renseigne l’OMS, l'Afrique subsaharienne compterait environ 93 % de tous les cas de paludisme et 94 % des décès, survenant principalement chez les enfants de moins de cinq ans. Une nouvelle analyse de l'OMS et de ses partenaires suggère que dans le pire des cas, si les services de prévention et de traitement du paludisme étaient gravement perturbés par Covid-19, le nombre de décès dus au paludisme en 2020 en Afrique subsaharienne pourrait doubler par rapport à 2018.

 

« L'Afrique a fait des progrès significatifs au cours des 20 dernières années pour empêcher le paludisme de faire des victimes. Bien que le COVID-19 représente une menace majeure pour la santé, il est essentiel de maintenir les programmes de prévention et de traitement du paludisme. La nouvelle modélisation montre que le nombre de décès pourrait dépasser 700 000 cette année seulement. Nous n'avions pas vu de tels seuils de mortalité depuis 20 ans. Nous ne devons pas revenir en arrière », a déclaré Dr Moeti.

Recevez Radio Okapi par email

Donnez votre adresse email dans ce formulaire afin de recevoir tous nos articles dans votre boîte email. Vous recevrez un message de confirmation avec un lien sur lequel il vous faudra cliquer afin que l'envoi d'emails devienne effectif.
Si vous ne voyez pas l'email de confirmation dans votre boîte de réception, allez chercher dans vos spams et marquez le message comme "non spam".  

Votre adresse email :

Service offert par FeedBurner