Kananga: une ONG révèle l’interpellation de certains officiers cités dans les crimes au Kasaï

Une dizaine de jours après avoir publié un rapport fustigeant le manque de volonté du commandement de l’armée de déférer devant la justice les officiers cités dans les exactions au Kasaï, l’ONG Société congolaise pour l’Etat de droit annonce que plusieurs militaires sont actuellement entendus ou en détention dans le cadre des enquêtes notamment sur le massacre commis à Nganza dans la ville de Kananga en 2017.

Son directeur général, Me Dominique Kambala, fait savoir qu’à la suite d’une commission rogatoire lancée par l’auditorat militaire supérieur de l’ex-Kasaï-Occidental, des officiers ont été entendus par l’auditorat supérieur près la Cour militaire opérationnelle du Nord-Kivu.

Ces militaires étaient déployés au Kasaï lors des violences de 2016 et 2017. Ils sont actuellement dans l’Est du pays notamment à Beni dans le Nord-Kivu.

«Nous avons été renseignés qu’un dossier a été ouvert au niveau de l’auditorat supérieur près la Cour militaire opérationnelle du Nord-Kivu et que dans le cadre de ce dossier-là, des officiers subalternes et supérieurs ont été entendus. Certains d’entre eux ont été mis sous mandat d’arrêt provisoire et d’autres en liberté provisoire en attendant la confrontation avec d’autres suspects», explique Me Kambala.

L’avocat précise que les auditions du Parquet militaire portent «particulièrement dans le dossier de la commune de Nganza».

Mais Me Kambala ne révèle pas les noms des officiers qui ont été entendus ni ceux qui ont été interpellés.

Dans un communiqué publié mercredi, la Société congolaise pour l’Etat de droit évoque sans plus de précisions « plusieurs officiers militaires du 2101 et du 2102 régiments, et du bataillon de l’unité spéciale de l’Etat-major de renseignements affectés à l’époque à Kananga, et qui sont, à ce jour, déployés à Beni et à Mualika » qui ont été entendus.

L’ONG salue une «avancée remarquable qui fait renaitre l’espoir aux victimes en ce qui concerne leur droit d’être reconnues et qui traduit la ferme volonté de la justice militaire de s’engager résolument dans la lutte contre l’impunité des crimes graves commis dans la région du Kasaï».

Fin mars 2017, des exactions contre la population civile ont été commises dans la commune de la Nganza à Kananga.

Dans son rapport remis au conseil des droits de l’homme en 2018, l’équipe d’experts internationaux sur la situation au Kasaï avait fait savoir qu’au cours d’une opération menée à la Nganza, «les forces de défense et de sécurité sont entrées dans les maisons des habitants et ont tiré indistinctement sur des hommes, des femmes et des enfants de tout âge, en raison de leur sympathie supposée avec le mouvement Kamuina Nsapu».

Lire aussi sur radiookapi.net: 

Recevez Radio Okapi par email

Donnez votre adresse email dans ce formulaire afin de recevoir tous nos articles dans votre boîte email. Vous recevrez un message de confirmation avec un lien sur lequel il vous faudra cliquer afin que l'envoi d'emails devienne effectif.
Si vous ne voyez pas l'email de confirmation dans votre boîte de réception, allez chercher dans vos spams et marquez le message comme "non spam".  

Votre adresse email :

Service offert par FeedBurner