Kasaï : à Kamako, l’arrivée des expulsés d’Angola fait craindre des contaminations au Coronavirus

Le chef de poste du programme national de l’hygiène aux frontières à Kamako exprime ses inquiétudes après l’annonce des cas positifs de Coronavirus dans un quartier de la ville de Dundu- capitale de la province de Lunda Norte- en Angola où sont détenus les Congolais en situation irrégulière avant leur expulsion.

Christian Mabedi redoute que la poursuite de ces expulsions ne facilite la propagation de la maladie au Kasaï où arrivent la majorité des personnes expulsées.

«Nous avons cette information de la part des agents congolais qui travaillent dans notre consulat. Ils nous ont informé qu’il y a 5 cas de Coronavirus positifs dans le chef-lieu de la province de Lunda Norte dans le quartier Tshitufa. C’est dans ce quartier où se trouve la prison où on met les étrangers surtout les Congolais qui entrent en Angola clandestinement […] avant d’être expulsés», explique M. Mabedi.

Le chef de poste du programme national de l’hygiène aux frontières à Kamako fait notamment savoir qu’en Angola, les gestes barrières ne sont pas très respectés et à la frontière congolaise, les agents sanitaires ne sont pas bien équipés.

«Il y a des risques que beaucoup de cas puissent se propager parce que les mesures barrières ne sont pas respectés chez eux. Chez nous ici, les agents [sanitaires chargés de la surveillance de la frontière] sont exposés. Ils n’ont pas de tenue de protection», souligne Christian Mabedi. 

Il demande aux autorités provinciales de renforcer les moyens des personnes déployées pour la surveillance sanitaire à la frontière angolaise.

«Des dispositions ont été prises»

Pour sa part, le ministre de l’Intérieur du Kasaï assure que toutes les dispositions ont été prises afin d’éviter des contaminations à partir des personnes qui viennent d’Angola.

«La maladie évolue. Elle progresse de la façon dont elle progresse. Mais des dispositions ont déjà été prises au niveau de Kamako de sorte que nous puissions éviter la contamination de la RDC par l’Angola. Nous avons vraiment pris des dispositions nécessaires», assure Deller Kawino.

Le ministre affirme que les personnes expulsées sont systématiquement soumises à un contrôle de la température à leur arrivée la frontière congolaise à Kamako.

«On prélève la température. Lorsqu’il y a une suspicion, il y a un cas suspect. On prend le cas suspect, on l’isole et on prend son échantillon et on l’envoie à l’INRB à Kinshasa pour qu’on puisse tester», détaille M. Kawino, avant d’ajouter :

«Donc, des dispositions sont déjà prises. Il est certes vrai que la maladie est là. Les possibilités d’avoir la maladie sont là. Mais nous prenons de dispositions pour que ces possibilités restent moindres sinon nulles.»

Depuis le mois d’avril dernier, les autorités angolaises expulsent des Congolais en situation irrégulière sur leur territoire. La majorité de ces personnes passent par le poste frontalier de Kamako au Kasaï.

Lire aussi sur radiookapi.net: 

Recevez Radio Okapi par email

Donnez votre adresse email dans ce formulaire afin de recevoir tous nos articles dans votre boîte email. Vous recevrez un message de confirmation avec un lien sur lequel il vous faudra cliquer afin que l'envoi d'emails devienne effectif.
Si vous ne voyez pas l'email de confirmation dans votre boîte de réception, allez chercher dans vos spams et marquez le message comme "non spam".  

Votre adresse email :

Service offert par FeedBurner