RDC : Félix Tshisekedi demande au gouvernement de doter la SONAS des moyens pour la rendre plus compétitive

Le Chef de l’Etat a demandé au gouvernement de doter la Société nationale d’assurances des moyens qui la rendent plus compétitive dans un secteur devenu concurrentiel. Il a fait cette recommandation au cours du Conseil des ministres du vendredi 11 septembre.

Selon le porte-parole du gouvernement, le Président Tshisekedi a été informé des difficultés de fonctionnement qu’éprouve la SONAS, particulièrement depuis l’effectivité de la libéralisation du secteur d’assurances consacrée par la loi n° 15/005 du 17 mars 2015 qui a mis fin au monopole dont a bénéficié cette entreprise publique depuis sa création.

« Face à cet état de choses, le Président de la République a indiqué qu’il est du devoir de l’Etat-Actionnaire unique de cette entreprise publique de l’accompagner, dans le strict respect du principe de la compétitivité de l’économie, en la dotant des moyens qui la rendent plus compétitive », a noté Jolino Makelele.

A l’initiative du Chef de l’Etat, note le compte rendu, le Conseil a demandé au ministre sectoriel de veiller, avec le concours de l’Autorité de régulation et de contrôle des assurances, à l’application stricte et uniforme des tarifs de référence pour toutes les branches exploitées dans le secteur des assurances. Cela permettra de mettre fin à la « concurrence déloyale dont serait présentement victime la SONAS ».

Réglementation de l’exercice du petit commerce

Des tenanciers des chambres froides et autres vendeurs des produits alimentaires réclament le respect strict des lois régissant l’exercice du petit commerce et du commerce de détail en RDC.

Ces textes, selon le Conseil des ministres, tantôt réservent l’exclusivité de l’exercice du petit commerce et du commerce de détail aux Congolais ; tantôt interdisent aux producteurs, importateurs et grossistes d’exercer le commerce de détail, dans le but de favoriser l’entrepreneuriat national et l’émergence d’une Classe moyenne congolaise, gage du développement intégré de notre pays.

Les assouplissements y apportés concernent exceptionnellement certains secteurs tels que les stations-service, les supermarchés, les restaurants, l’hôtellerie, etc.

« Cependant, dans la pratique, l’on constate que les grands importateurs et autres grossistes majoritairement étrangers, continuent à exercer le commerce de détail et le petit commerce au mépris des textes en vigueur accordant cette exclusivité aux Nationaux. Cette situation qui asphyxie les Congolais exerçant dans ces secteurs, est de nature à mettre en péril la paix sociale et l’éclosion d’une classe moyenne nationale », lit-on dans le compte rendu du Conseil des ministres.

Le Président de la République invite le gouvernement, plus particulièrement les ministres concernés, à poursuivre les efforts déjà engagés, pour faire respecter cette réglementation, en associant à leurs actions les associations patronales concernées et en proposant des projets de réformes rendues nécessaires par les contingences de l’heure.

Recevez Radio Okapi par email

Donnez votre adresse email dans ce formulaire afin de recevoir tous nos articles dans votre boîte email. Vous recevrez un message de confirmation avec un lien sur lequel il vous faudra cliquer afin que l'envoi d'emails devienne effectif.
Si vous ne voyez pas l'email de confirmation dans votre boîte de réception, allez chercher dans vos spams et marquez le message comme "non spam".  

Votre adresse email :

Service offert par FeedBurner