Forum des As : « Destitution de Mabunda : Fabrice Puela joue et perd »

Revue de presse du mardi 24 novembre 2020

Les journaux parus mardi 24 novembre à Kinshasa s’intéressent essentiellement aux affaires judiciaires impliquant Hamida Chatur Kamerhe, Jeanine Mabunda et Fabrice Puela, Willy Bakonga…

« Se déclarant compétent pour statuer sur cette affaire, le juge administratif estime que l’action de l’élu de Matadi n’a pas été dirigée contre une décision administrative », informe Forum des As ; avant de poursuivre :

« Tel un couperet, le verdict du Conseil d’Etat dans l’affaire opposant le député national Fabrice Puela au bureau de l’Assemblée nationale est tombé hier lundi 23 novembre. La plus haute juridiction de l’ordre administratif a tranché en faveur du Bureau Mabunda, déclarant irrecevable la requête introduite par l’élu de Matadi. »

Selon l’Agence congolaise de presse (ACP), le Conseil d'État a déclaré irrecevable la requête du député Albert Fabrice Puela demandant la démission du bureau de l'Assemblée nationale, pour manque d'une décision administrative attaquée. Par cette décision, estime l’ACP, le Conseil d'État a dit le droit pour faire triompher la jeune démocratie, mieux encore l'Etat de droit. L’agence officielle souligne que les avocats du bureau de l'Assemblée nationale avaient clairement démontré les irrégularités constatées dans la requête du député Puela, qui, selon eux devraient passer avant tout par l'assemblée plénière puis au Comité de sages.

Non seulement le député Puela a perdu le procès devant la Conseil d’Etat, mais il est aussi visé par des sanctions à l’Assemblée nationale, renchérit La Prospérité, citant la députée FCC Geneviève Inagosi.

« Au sujet de la suite réservée à Fabrice Puela au niveau de l’Assemblée Nationale, Geneviève Inagosi a simplement déclaré que le règlement intérieur de la chambre basse du Parlement prévoit des mécanismes de sanction.

Pour sa part, dans une vidéo circulant sur la toile, Fabrice Puela est revenu sur son affirmation que ‘’le bureau de l’Assemblée Nationale est réputée démissionnaire’’. Il a, en outre, déclaré qu’il ne s’agit nullement d’une attaque personnelle envers Jeanine Mabunda, Cadre du Front Commun pour le Congo et partenaire de coalition avec le Cap pour le Changement », note le quotidien.

Ouraganfm.cd parle de la convocation d'Hamida Chatur ce mardi au parquet général près la cour d’Appel de Kinshasa-Gombe. L’épouse du directeur de cabinet du chef de l’État, Hamida Chatur Kamerhe, rassure le media en ligne, est convoquée au parquet général près la Cour d’appel de Kinshasa-Gombe. Le motif de cette convocation, en tout cas, se dédouane ce journal en ligne, n’est pas connu.

Du moins, pour Me Jean-Marie Kabengela, avocat de son époux, il s’agit simplement de l’acharnement judiciaire contre la famille Kamerhe. Et selon le document signé par l’officier du ministère public, Robert Kumbu Phanzu, l’épouse de Vital Kamerhe devra se présenter mardi 24 novembre dans son cabinet de travail.

Depeche.cd parle pour sa part de Vital Kamerhe lui-même : « Condamné à 20 ans de prison pour détournement dans l’affaire dite de 100 jours, le directeur de cabinet du président de la République, Vital Kamerhe aurait été victime d’un malaise et serait actuellement placé sous assistance respiratoire. L’annonce a été faite par son assistant particulier Alain Moto, via son compte tweeter. »

Les journaux de Kinshasa font également état de la plainte de la Ligue de la zone Afrique pour la défense des droits des enfants et élèves, LIZADEEL au parquet général contre le ministre Willy Bakonga pour sabotage de la gratuité de l’enseignement. « EPST: le ministre Willy Bakonga visé par une plainte à la Cour de cassation », annonce mediacongo.net

Le président de l’association Lizadeel dit détenir des preuves probables qui attestent que c’est le ministre de l’EPST qui sabote la gratuité en complicité avec le Secrétaire du SECOPE en multipliant des fausses nouvelles unités pour barrer la route à la gratuité. La Lizadeel dit avoir découvert près de 61 milliards de francs congolais gardés au niveau du ministère de l’EPST, rapporte le site.

« RDC : La MONUSCO félicite la justice militaire pour la condamnation à perpétuité de l'ex-chef rebelle "Sheka" », titre 7sur7.cd.  « Ce verdict est une source d'un immense espoir pour les nombreuses victimes des conflits en RDC : les souffrances ont été entendues et reconnues, l'impunité n'est pas une fatalité. Il témoigne aussi de la détermination des autorités congolaises à poursuivre, avec notre soutien, le combat judiciaire contre tous les criminels de guerre en République Démocratique du Congo, passés et présents », déclare Leila Zerrougui dans un communiqué cité par le portail.

 

Recevez Radio Okapi par email

Donnez votre adresse email dans ce formulaire afin de recevoir tous nos articles dans votre boîte email. Vous recevrez un message de confirmation avec un lien sur lequel il vous faudra cliquer afin que l'envoi d'emails devienne effectif.
Si vous ne voyez pas l'email de confirmation dans votre boîte de réception, allez chercher dans vos spams et marquez le message comme "non spam".  

Votre adresse email :

Service offert par FeedBurner