Kasaï : deux mineures violées en une semaine à Kamako

Deux cas de viols sur mineures ont été enregistrés en l’espace d’une semaine dans la cité frontalière de Kamako en territoire de Tshikapa (Kasaï). Les bourreaux ont été arrêtés par la police et puis transférés au parquet près le tribunal de grande instance de Tshikapa. La police locale demande à la justice d’infliger des sanctions sévères aux auteurs de ces actes, afin de combattre ce fléau dans ce coin de la province.

Le dernier cas de ces viols remonte au 2 janvier courant, renseignent des sources policières. L’auteur de cet acte, âgé de 25 ans, a abusé d’une fille de 15 ans.

Le présumé violeur habite la même parcelle que les parents de la victime, selon les mêmes sources. Il a profité de largesses des parents, qui ont permis à leur fille de l’aider avec quelques travaux ménagers, pour commettre son acte ignoble.

C’est après l’acte que la fille, mécontente, aurait informé ses parents qui ont ensuite saisi la police.

L’autre cas de viol est survenu le 1er janvier, où un homme de 40 ans a été surpris avec une fille de 16 ans.

Le sous-commissaire de la police en charge des renseignements à Kamako, Jean-Claude Bundu, a confirmé ces faits à Radio Okapi.

Cet officier de la police assure que ces deux bourreaux sont déjà transférés au parquet près le TGI/Tshikapa pour répondre de leurs forfaits.

Jean-Claude Bundu encourage cependant les autorités judiciaires à infliger des sanctions sévères aux auteurs de ces actes.

C’est une façon pour elles, ajoute-t-il, de dissuader les auteurs des viols dans ce coin de Kasaï.

En décembre dernier, un homme de 45 ans avait également été arrêté à Kamako pour viol sur une fille de 13 ans.

Lire aussi sur radiookapi.net: 

Recevez Radio Okapi par email

Donnez votre adresse email dans ce formulaire afin de recevoir tous nos articles dans votre boîte email. Vous recevrez un message de confirmation avec un lien sur lequel il vous faudra cliquer afin que l'envoi d'emails devienne effectif.
Si vous ne voyez pas l'email de confirmation dans votre boîte de réception, allez chercher dans vos spams et marquez le message comme "non spam".  

Votre adresse email :

Service offert par FeedBurner