Haut-Katanga : tension à Kasumbalesa à la suite de l’interpellation d’un membre de l’UDPS

Une vive tension s'observe ce lundi 18 janvier à Kasumbalesa dans la province du Haut-Katanga à la suite de l’interpellation de Tshiswaka, un membre de l’UDPS.

Des partisans se réclamant de l'UDPS sont dans la rue exigeant la libération de Tshiswaka. Ce dernier était le meneur de l'UDPS base Bilanga qui était accusée de percevoir des taxes à la frontière de Kasumbalesa.

Longtemps recherché par les services de sécurité, il a été arrêté ce lundi aux petites heures du matin et acheminé à Lubumbashi.

D'après la police, c'est sur ordre de leur hiérarchie que cette opération a été menée.

Des barricades sont érigées à certains endroits et des pneus brulés sur la voie publique. La police est déployée pour rétablir l'ordre.

Rappel des faits

Les gouverneurs des provinces du Lualaba, du Tanganyika et du Haut Katanga avaient demandé au gouvernement de la république de prendre en charge la situation qui prévalait à Kasumbalesa. Ils dénonçaient le fait que plusieurs individus s’étaient substitués aux services de l’Etat, prélevant la taxe et favorisant la contrebande communément appelé Bilanga à la frontière de Kasumbalesa.

Les militaires et policiers ont été déployés le 25 aout 2020 au poste frontalier de Kasumbalesa pour rétablir l'ordre notamment dans la zone appelée Bilanga où était observé un commerce illicite entre les deux Etats.

Ils avaient comme mission de rétablir l’ordre et de chasser de la zone plusieurs individus qui se sont substitués aux services de l’Etat, et qui prélevaient la taxe et favorisaient la contrebande.

Les militaires FARDC et les policiers ont investi la base « Bilanga » à Kasumbalesa. Les militants de l'UDPS qui y exerçaient leurs activités ont été chassés.

Cette situation avait été saluée par la société civile de Kasumbalesa qui espérait que cela va permettre de lutter ainsi contre la contre bande et  faire en sorte que tout l'argent qui était perçu indûment par certains individus renfloue les caisses de l'État.

Recevez Radio Okapi par email

Donnez votre adresse email dans ce formulaire afin de recevoir tous nos articles dans votre boîte email. Vous recevrez un message de confirmation avec un lien sur lequel il vous faudra cliquer afin que l'envoi d'emails devienne effectif.
Si vous ne voyez pas l'email de confirmation dans votre boîte de réception, allez chercher dans vos spams et marquez le message comme "non spam".  

Votre adresse email :

Service offert par FeedBurner