Sud-Ubangi : l’afflux des réfugiés centrafricains à Zongo constitue un danger sanitaire, alerte le maire

L'afflux de plus de 1 700 ménages des réfugiés centrafricains dans la ville congolaise de Zongo située en face de Bangui, la capitale de la République centrafricaine constitue un danger sur le plan sanitaire, alerte mardi 19 janvier 2021, le maire de la ville Michel Siazo Yeke yeke.

Selon lui, chaque jour qui passe, des ménages entiers gagnent le sol congolais sans aucun contrôle sanitaire.

« Ils passent la nuit à la belle étoile. Parmi eux, certains font des diarrhées, et ils n’ont pas à manger », indique Michel Siazo.

Pour sa part, le député national élu de Zongo, Roger Sido Wagia interpelle les autorités pour une assistance rapide aux réfugiés.

« Avec le Coronavirus, il y a à craindre. Nous n’avons pas un centre de dépistage à Zongo. Ces réfugiés viennent sans contrôle sanitaire. Il n’y a pas que la Covid-19, il y a d’autres maladies », renchérit-il.

A en croire le maire de la ville, aucune structure n’a apporté un appui à ces réfugiés. Mais quelques ONG locales ont dénombré les réfugiés et catégorisé les tranches d’âge.

Afflux au Nord-Ubangi

Avec l’afflux des réfugiés centrafricains, les villages sont bondés de monde. Les vivres, de l’eau potable, ainsi que des médicaments manquent. Ces conditions de vie deviennent aussi difficiles pour les populations d’accueil.

Des voix s’élèvent pour solliciter l’assistance du Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR), et des autorités congolaises.

Dès l’afflux des réfugiés centrafricains au Nord-Ubangi, estimés à plus de 50 mille personnes, le gouverneur de province, qui séjourne à Kinshasa depuis sa déchéance par les députés provinciaux, a été reçu en audience par le vice premier ministre et ministre de l’Intérieur Gilbert Kankonde, ainsi que par le ministre des Affaires humanitaires Steve Mbikayi.

Au menu de leurs discussions, comment apporter une assistance humanitaire et sécuritaires aux congolais confrontés à cet afflux.

Pour Izato Nzenge et le Caucus des députés nationaux du Nord-Ubangi, plusieurs localités sont surpeuplées. Elles connaissent une pénurie d’eau potable, de vivres et les conditions sanitaires restent précaires. D’où une intervention rapide en faveur des populations d’accueil.

Mais les démarches entreprises à Kinshasa par le gouverneur déchu Izato Nzenge, sont plutôt mal vues par le mouvement citoyen du 14 juillet, M14.

Le Mouvement a enfin mis en garde les deux membres du gouvernement, qualifiant leurs audiences de manœuvre machiavélique tendant à défier la volonté de la population du nord Ubangi dans le but d’un rétablissement forcé du gouverneur déchu.

Lire aussi sur radiookapi.net: 

Recevez Radio Okapi par email

Donnez votre adresse email dans ce formulaire afin de recevoir tous nos articles dans votre boîte email. Vous recevrez un message de confirmation avec un lien sur lequel il vous faudra cliquer afin que l'envoi d'emails devienne effectif.
Si vous ne voyez pas l'email de confirmation dans votre boîte de réception, allez chercher dans vos spams et marquez le message comme "non spam".  

Votre adresse email :

Service offert par FeedBurner