Ituri : plus de 800 déplacés internes vivent dans les conditions difficiles à Bunia et ses environs

Environ huit cents personnes déplacées internes, dont des femmes et des enfants de moins de cinq ans, vivent dans des conditions difficiles à Bunia et ses environs dans la province de l’Ituri. D’après le chef de la chefferie de Baboa-bokoe (une entité voisine) qui livre cette information vendredi 22 janvier à Radio Okapi, ces personnes ne bénéficient d’aucune assistance humanitaire.

Des affrontements opposant les forces armées de la République démocratique du Congo (FARDC) à un groupe des miliciens de la Force Patriotique et Intégrationniste du Congo (FPIC) sont à la base de ces déplacements massifs.

C’est depuis le début de la semaine du 18 janvier que ces combats sont signalés au centre de négoce de Nyangaray, situé à environ trente kilomètres de Bunia en secteur de Walendu Djatsi. Plusieurs civils ont été tués et des maisons incendiées.

Ce qui a provoqué un déplacement massif des habitants de cette entité et de ceux se trouvant dans la périphérie. Certains sont arrivés ici à Bunia ; d’autres se sont dirigés vers les villages Magalabo, Mwanga et Kotoni au sud du territoire d’Irumu.

Ces habitants traversent une période difficile car ils n’ont reçu aucune aide pour soulager leur souffrance, affirme le chef de cette chefferie. Des enfants séparés de leurs parents lors de la fuite ne savent plus à qui tendre la main pour recevoir une quelconque assistance.

L’Administrateur du territoire de Djugu rapporte que plusieurs groupements de sa juridiction continuent à enregistrer des familles des victimes qui fuient les zones de combat.

Lire aussi sur radiookapi.net: 

Recevez Radio Okapi par email

Donnez votre adresse email dans ce formulaire afin de recevoir tous nos articles dans votre boîte email. Vous recevrez un message de confirmation avec un lien sur lequel il vous faudra cliquer afin que l'envoi d'emails devienne effectif.
Si vous ne voyez pas l'email de confirmation dans votre boîte de réception, allez chercher dans vos spams et marquez le message comme "non spam".  

Votre adresse email :

Service offert par FeedBurner