Beni : 3 jours de deuil en mémoire des personnes tuées à kilya


Les organisations de la société civile de Beni décrètent trois jours de deuil, à partir de jeudi 25 mars, en mémoire des six personnes tuées dans la localité de Kilya, par des présumés rebelles ougandais des ADF. Ces terroristes ont aussi incendié deux véhicules. 

D’après ces organisations, les activités socio-économiques sont suspendues sur toute l’étendue de la ville. Seules les alimentations, pharmacies et écoles resteront opérationnelles.  

Cette décision a été prise à l’issue d’une réunion extraordinaire qui a analysé le contexte socio-sécuritaire qui prévaut dans le territoire de Beni. 

« Suite à ce nième cas d’embuscade survenue ce mercredi 24 mars 2021 en localité de Kilya qui a couté la vie à 6 personnes et incendié deux véhicules, nous avons décidé ce qui suit : décrétons trois jours de deuil sans activité sur toute l’étendue de la ville de Beni sauf les pharmacies, les écoles et alimentations », a indiqué Kizito Bin Hangi, président de la coordination urbaine de la société civile -Beni.  

Il demande des enquêtes neutres et crédibles par l’autorité compétente pour que les coupables de ces crimes soient connus et déférés devant les juridictions compétentes.  

« Nous exigeons une descente ce vendredi 26 mars 2021sur le lieu du drame avec le comité urbain et territorial de sécurité pour faire un constat avant l’évacuation des épaves des véhicules sur la chaussée », a ajouté Kizito Bin Hangi. 

Selon lui, les activités socioéconomiques pourront reprendre si ces recommandations sont prises en considération. 

L'Association des chauffeurs du Congo, (ACCO)- Beni, a de son côté suspendu le trafic sur tous les axes routiers de la région pour déplorer cette situation. 

                                         Beni : le gouvernement appelé à se pencher sur la question securitaire à l’Est

Le pésident du conseil urbain de la jeunesse de la ville de Beni, Jimmy Kighoma, a réitéré jeudi 25 mars le vœux de voir l’Etat congolais se pencher sérieusement sur la question de la securité à l’Est du pays. Ceci implique aussi, affirme-t-il, l’installation dans un bref délai du nouveau gouvernement qui, à travers le futur ministre de la défense, pourra trouver une quelconque solution au problème de Beni.

Jimmy Kighoma intervenait suite aux récentes attaques ADF sur différents axes du territoire de Beni et récemment sur le tronçon routier Beni-Kasindi qui a fait des morts dans le rang des chauffeurs.

« Au regard de tous les êtres humains qu’on a perdu, tu t’imagines dans quelles conditions. C’est révoltant ce que nous sommes en train de subir à Beni. Donc, nous adressons nos doléances au président de la République, parce que nous sommes dans un état de guerre. Nous devrions avoir un gouvernement le plus vite possible si réellement les dirigeants qui sont à Kinshasa se soucient plus de notre problème sécuritaire que nous traversons. Mais, tu t’imagines, ça fait plus d’un mois qu’un gouvernement tarde au lieu qu’on ait un gouvernement parce que nous sommes dans une urgence de guerre, pour qu’on ait un ministre de la défense qui va prendre à bras le corps le problème de Beni. Et c’est ça ce cris d’alarme que nous adressons et à l’opinion nationale, internationale, locale de nous écouter et de mettre tous les moyens qu’il faut pour juguler cette nébuleuse de l’ADF qui, aujourd’hui ne cesse encore d’endeuiller nos populations », a indiqué Jimmy Kighoma, président du conseil urbain de la jeunesse de la ville de Beni

Lire aussi sur radiookapi.net: 

Recevez Radio Okapi par email

Donnez votre adresse email dans ce formulaire afin de recevoir tous nos articles dans votre boîte email. Vous recevrez un message de confirmation avec un lien sur lequel il vous faudra cliquer afin que l'envoi d'emails devienne effectif.
Si vous ne voyez pas l'email de confirmation dans votre boîte de réception, allez chercher dans vos spams et marquez le message comme "non spam".  

Votre adresse email :

Service offert par FeedBurner