Le Potentiel : « Paris : ouverture ce mardi du Sommet sur le financement des économies africaines »

Revue de presse du mardi 18 mai 2021.

Préoccupés par la récession de leurs économies dépendantes des échanges extérieurs, les chefs d'Etat africains espèrent obtenir un nouveau coup de souffle. C’est le but de leurs présences à Paris pour prendre part au sommet sur les économies africaines. La presse congolaise en parle.

Le Potentiel annonce que plus d’une vingtaine des chefs d’Etat africains ont déjà foulé le sol parisien pour ce rendez-vous important. Relativement épargné sur le plan sanitaire, l’Afrique est très touchée au plan économique. Les besoins en financement s’élèvent à près de 400 milliards de dollars USD selon les économistes.

Félix Tshisekedi parmi les hôtes du Sommet de Paris, indique La Tempête des tropiques. A la veille de l’ouverture des assises, le Président de la République Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo a reçu la Directrice générale du Fonds Monétaire International (FMI) Mme Georgieva. D’après la cellule de communication de la présidence de la RDC, les échanges entre les deux personnalités ont tourné sur la coopération entre le FMI et la RDC.

Le FMI a, à cette occasion, pris l’engagement d’apporter un soutien financier de l’ordre de 1,5 milliards USD à la RDC dans le cadre de son programme triennal, et une autre enveloppe supplémentaire dans le cadre de la nouvelle allocation de droit de tirages spéciaux (DTS) en discussion au G20, ajoute le tabloïd.

En dehors de la rencontre avec le FMI, Félix Tshisekedi a aussi échangé avec le président du Rwanda, Paul Kagame. A ce sujet, L’Avenir parle de « Tête-à-tête décisif » entre les deux personnalités.

Cette rencontre s’inscrit dans le cadre des échanges initiés par le Président Felix Tshisekedi, avec ses homologues, afin de mieux préparer le plaidoyer de l’Union africaine au sommet sur le financement des économies africaines qui s’ouvre ce mardi 18 mai au Grand Palais Éphémère.

Elections 2023

Après Matata, Katumbi dans le viseur de l’élimination, fait observer La Prospérité. Durant son récent séjour à Lubumbashi, le Président de la République Félix-Antoine Tshisekedi a annoncé sa candidature pour un second mandat à la tête de la République Démocratique du Congo. L’annonce en a été faite, le mercredi 12 mai 2021, en marge d’un meeting qu’il a tenu sur la place de la Poste.

Apparemment, d’ici 2023, la voie est balisée pour Tshisekedi, estime le tabloïd, qui indique que « tous les moyens sont bons, y compris les accusations et les rapports de l’Inspecteur général des finances (IGF) et, même, dans une certaine mesure, l’instrumentalisation de la justice. Ce qui se passe actuellement autour de l’affaire Matata est considéré, outre mesure, comme l’un des ingrédients de ce rouleau compresseur lancé pour neutraliser des potentiels adversaires sérieux.

A ce sujet, Forum des As s’interroge : « L'IGF serait-elle cette arme de disqualification massive » ?

Si l'on en croit les observateurs, cette institution serait comme un instrument de neutralisation utilisée subtilement au bénéfice de la consolidation du pouvoir du Président de la République, candidat à sa succession en 2023…

Recevez Radio Okapi par email

Donnez votre adresse email dans ce formulaire afin de recevoir tous nos articles dans votre boîte email. Vous recevrez un message de confirmation avec un lien sur lequel il vous faudra cliquer afin que l'envoi d'emails devienne effectif.
Si vous ne voyez pas l'email de confirmation dans votre boîte de réception, allez chercher dans vos spams et marquez le message comme "non spam".  

Votre adresse email :

Service offert par FeedBurner