COVID-19 : des commerçants "marginalisés" par le maintien du prix du test rapide à la frontière de Gatumba


A Uvira, une semaine après la réouverture de la frontière Burundo-congolaise de Gatumba, les petits commerçants transfrontaliers de deux pays voisins se disent être marginalisés, notamment par le maintien du prix du test rapide de COVID-19 à 30 USD du côté Burundi et à 5 USD du côté congolais.

Le chef de bureau d’information commerciale de COMESA au poste frontalier de Kavimvira, Blanco Bitakirwa, l'a fait savoir au vice-gouverneur de la province du Sud-Kivu en mission d’itinérance à Uvira.

Il affirme que les conséquences sont visibles, car aucun produit de première nécessité ne franchit actuellement les deux frontières :

« Le petit commerce est fait à partir de 20 à 50 USD pour faire vivre les familles démunies. Si vous dites à un petit commerçant de soustraire 30 USD de son capital pour payer le test COVID-19 au Burundi, c’est impossible ! même chose si les Congolais demandent de payer 5 USD à un petit commerçant burundais qui amène le tapioca, les avocats et les choux à Uvira, c’est difficile ! car on est interdépendant. Tout dépend de saison de récolte, il y a beaucoup de produits qui quittent la RDC vers le Burundi, notamment des produits agricoles comme la mangue, le maïs, la tomate, etc. Le moyen financier ne permet pas à ce Burundais ou à ce Congolais de payer ce montant de test rapide de COVID-19. C’est impossible ! ».

Blanco Bitakirwa explique que pour pallier à cette situation, les petits commerçants pratiquent le transfrontalier groupé, à travers les intermédiaires communément appelés « transitaires » :

« Les commerçants envoient de l’argent et une réquisition à un transitaire. Celui-ci achète la marchandise à Bujumbura pour ravitailler la population locale ici. Mais il arrive souvent que ce que le commerçant espérait acheter au Burundi s’il était lui-même là-bas, ce n’est pas toujours ce que le transitaire lui ramène ».

En début de cette semaine, le vice-gouverneur de la province du Sud-Kivu, Marc Malago Kashekere s'est rendu au poste frontalier de Kavimvira.
Sur place, Marc Malago Kashekere a signalé que le plaidoyer des autorités congolaises était sur une bonne voie auprès des hautes autorités burundaises pour la réduction des tests rapides COVID-19.

Lire aussi sur radiookapi.net: 

Recevez Radio Okapi par email

Donnez votre adresse email dans ce formulaire afin de recevoir tous nos articles dans votre boîte email. Vous recevrez un message de confirmation avec un lien sur lequel il vous faudra cliquer afin que l'envoi d'emails devienne effectif.
Si vous ne voyez pas l'email de confirmation dans votre boîte de réception, allez chercher dans vos spams et marquez le message comme "non spam".  

Votre adresse email :

Service offert par FeedBurner