Beni : la société civile condamne les attaques meurtrières des ADF à Rwangoma

Les stratégies déjà mises en place dans le cadre de l’état de siège doivent être consolidées  pour mettre fin à l’insécurité dans la région de Beni, ont recommandé vendredi 2 juillet les forces vives du Nord-Kivu, le lendemain de l’attaque meurtrière enregistrée dans le quartier Rwangoma, la nuit de mercredi à jeudi dernier. 

 Pour Edgard Mateso Katembo, vice-premier président de cette structure, l’ennemi voulait  à tout prix saboter les initiatives du gouvernement congolais saluées déjà par la population.  

« Il faut l’avouer, c’est que l’ennemi voulait tout simplement saboter le passage du chef de l’état, un passage qui semblait pourtant être rassurant. Nous pensons que la situation pourra être gérée autrement parce que les autorités militaires et policières qui sont dans la ville doivent montrer à la population leur détermination et cette détermination passe par des actions concrètes. L’ennemi voudrait montrer à la population que malgré l’état de siège il est encore actif », a estimé Edgard Mateso. 

Il  invite la population à  ne pas se décourager :  

« Ce n’est pas le moment pour la population de se décourager, ce n’est pas le moment non plus pour l’armée de se décourager.  Mais c’est le moment plus que jamais de comprendre que les stratégies qui étaient déjà mises en place nécessitent encore une consolidation pour que nous ne puissions pas être surpris lorsque l’ennemi commence à opérer».  

 

Lire aussi sur radiookapi.net: 

Recevez Radio Okapi par email

Donnez votre adresse email dans ce formulaire afin de recevoir tous nos articles dans votre boîte email. Vous recevrez un message de confirmation avec un lien sur lequel il vous faudra cliquer afin que l'envoi d'emails devienne effectif.
Si vous ne voyez pas l'email de confirmation dans votre boîte de réception, allez chercher dans vos spams et marquez le message comme "non spam".  

Votre adresse email :

Service offert par FeedBurner